Annuaire des véhicules car-register.com

Toutes les marques    A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z  

La carrosserie Van den Plas, fondée en 1898 à Bruxelles, acquit très rapidement une excellente réputation, notamment sur le marché britannique. Son agent local créa en 1913 la "Vanden Plas England Ltd", qui habillera dans les années trente Alvis, Bentley, Bugatti et bien d'autres. En 1946, Austin racheta l'entreprise pour lui confier la réalisation du modèle "Princess". En 1960 Vanden Plas acquit un statut de marque à part entière, mais depuis 1975, ce n'est plus de nouveau qu'une simple "griffe" désignant la version de prestige des Austin ou Daimler.

Site internet

Fondée en 1857, les "Vauxhall Iron Works" s'occupèrent de moteurs marins avant de passer à l'automobile à la fin de 1903, avec de petits modèles à un ou trois cylindres, qui furent suivis d'une série de "4 cylindres" beaucoup plus substantielles. Conçues par l'ingénieur Lawrence Pomeroy, les grosses Vauxhall des années 10 et 20 étaient particulièrement performantes mais le rachat de la firme en 1925 par General Motors allait précipiter leur déclin. Vauxhall se tournera par la suite vers les voitures moyennes à grande diffusion , concurrentes puis homologues des Opel.

Site internet

Velam prit en 1955 la licence de construction de la voiturette italienne Isetta à bloc moteur arrière (2 cylindres 2 temps, 236 cm3) et porte frontale, surnommée ironiquement 'oeuf de Pâques". Après un certain succès à l'époque des rationnements d'essence (crise de Suez), le déclin fut rapide malgré la présentation d'un version Ecrin avec grande vitres et radio.

Issue du projet Ventury présenté par Gérard Godfroy au Salon de Paris 1984, la dernière GT française en date a connu bien des avatars avec plusieurs usines et plusieurs repreneurs. L'avenir de la marque (qui s'est appelée MVS jusqu'en 1990) est encore incertain, bien qu'un tout nouveau modèle baptisé Fetish ait été présenté au Salon de Genève 2002.

Site internet

Installée à Villefranche-sur-Saône, cette firme connue dans le domaine agricole et surtout viticole, monta quelques voitures (à 4 cylindres séparés  ou bi-bloc) pratiquement réalisées à l'unité jusqu'en 1912. Elle développa ensuite une série de voiture moyennes "monobloc". Peu originales dans leur conception technique, les fabrications Vermorel jouissaient d'une bonne réputation de robustesse, particulièrement en usage rural. Comme tant d'autres, la maison n'était pas de taille à lutter contre les grands constructeurs, ni à passer le cap de la crise de 1929-1930.

La micro-voiture urbaine n'était pas encore à la mode lorsque Acma, qui montait enFrance le célèbre scooter Vespa depuis 1951, sortit en 1957 une vraie voiture en réduction, de conception entièrement française, à moteur 2 cylindres 2 temps, vendue en plus de 25.000 exemplaires jusqu'en 1961.

Une des plus originales constructions françaises, grâce à l'esprit anticonformiste de son créateur, pionnier de l'aviation et chantre du "sans-soupapes". Coqueluche des années 20 avec ses caisses à angles vifs et ses garnitures résolument "Art-Déco", la Voisin ne s'adressera plus au cours des années 30 qu'à quelques adeptes, avant de sombrer dans l'anonymat avec un moteur américain.

Site internet

Volkswagen se traduit littéralement par "voiture du peuple" selon la volonté d'Adolf Hitler, tout citoyen devait pouvoir l'acquérir grâce à un crédit-épargne. L'étude fut confiée à Ferdinand Porsche, le prototype final étant prêt en 1938. Une usine géante fut édifiée, mais seules des versions militarisées en sortirent jusqu'en 1945. La production civile démarra peu après la débâcle, sous le contrôle de l'armée britannique. Le millionième "Coccinelle" vit le jour en 1955. Après avoir battu tous les records de production cumulée, elle acheva sa carrière allemande en 1979, pour la poursuivre en Amérique du Sud.

Site internet

La marque Volvo (du latin "je roule") fut déposée dès 1915 par le fabricant de roulements  S.K.F., mais n'apparut qu'en 1927 sur une automobile, conçue d'après un projet d'Assar Gabrielson et Gustaf Larson. Il s'agissait d'une voiture moyenne (4 cylindres 2 litres puis 6 cylindres 3 litres) inspirée par les modèles américains qu'elle entendait concurrencer sur le marché suédois. Peu connue à l'exportation jusqu'en 1945, la firme acquit une dimension internationale grâce à la 444 lancée en 1947, puis à l'Amazon (série 120) apparue en 1956, réputées pour leur fiabilité et leurs performances.

Site internet

Nous utilisons les cookies pour mesurer l'audience avec Google Analytics. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord. En savoir plusOK