Annuaire des véhicules car-register.com

Toutes les marques    A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z  

Dacia est un constructeur d'automobiles roumain, filiale du groupe français Renault.
Créé en 1966, le constructeur produit principalement des dérivés de la gamme d'automobiles Renault. Le modèle emblématique est la Dacia 1310, appelée simplement Dacia, qui est une version améliorée de la Renault 12 sans apport technologique majeur.

Site internet

Daewoo est un groupe industriel sud-coréen fondé par Kim Woo-choong, présent dans de nombreux domaines, dont la construction navale, le bâtiment, les armes, l'électroménager, l'électronique et l'automobile fondé en 1967.
Dissous par le gouvernement sud-coréen en 1999, il subsiste quelques anciennes divisions sous forme d'entités indépendantes, la partie automobile est depuis nommée GM Daewoo.

DAF

C'est à un constructeur de poids lourds que revient le mérite d'avoir popularisé une voiture légère entièrement automatique.

Site internet

Daihatsu, fondé en 1907, pour fabriquer des moteurs à combustion interne.
La production de véhicules ne débute qu'en 1930 avec des tricycles et le nom définitif de la marque n'est adopté qu'en 1951, en même temps que la réalisation de sa première automobile à carrosserie, la BEE, qui compte trois roues.

C’ est le plus vieux constructeur automobile nippon. Il fait partie du groupe Toyota, et possède plusieurs modèles en commun avec la première marque du groupe (Toyota).

 

Site internet

Fondée en 1893 pour l'exploitation des brevets de Gottlieb Daimler en Grande Bretagne, le "Daimler Motor Syndicate" devint rapidement indépendant. Une des premières Daimler anglaises ayant été acquise par le Prince de Galles, la marque sera jusqu'aux années 50 le fournisseur exclusif de la Couronne. Souplesse et silence seront toujours prioritaires, d'où le choix de moteurs sans soupapes puis du "volant fluide" (coupleur hydraulique) mais à partir de 1930 apparaîtront des modèles plus légers et plus performants. En 1960, la société sera rachetée par Jaguar, les Daimler perdront alors un peu de leur originalité mais garderont tout leur raffinement.

Site internet

En 1921, André et Robert Darmont entreprennent le montage des célèbres cyclecars anglais Morgan, équipés de moteurs montés devant le radiateur, entraînant par chaîne l'unique roue arrière. A partir de 1926, ils seront entièrement construits à Courbevoie, toujours avec des moteurs bicylindres en V, refroidis par air ou par eau. Les modèles suivants se rapprocheront de la technique "voiture" : moteur sous capot, puis... quatre roues.

Après avoir fabriqué des cycles sous la marque Gladiator, puis des véhicules électriques, Alexandre Darracq acquit en 1898 la licence des voiturettes Léon Bollée et se spécialisa d'abord dans la voiture légère, mais il s'orienta rapidement vers des modèles plus importants, voire de très grosses voitures de course. En 1905 la firme passa sous contrôle britannique, A. Darracq quittant la société dès 1912. La marque fut intégrée au consortium Sunbeam-Talbot-Darracq en 1920, et le nom Darracq tomba peu à peu en désuétude, sauf en Angleterre où il continua à désigner les Talbot de Suresnes pour les distinguer de celles construites à Londres.

Le puissant groupe industriel Nissan fut formé en 1934 par la réunion de plusieurs entreprises de mécanique, dont la "Jitsuyo Jidosha Seizo" qui produisait en petites séries des autos baptisées DAT puis Datson, devenues Datsun en adoptant comme emblème le soleil levant. Les premières Datsun s'inspiraient de l'Austin Seven, et la Bluebird de 1958 avait quelques ressemblances avec l'Austin A 30... En 1962 apparut un cabriolet baptisé Fairlady (à moteur 1500, puis 1600 et 2000 cm3), remplacé en 1969 par la série "Z" à six cylindres, destinée à rivaliser avec les GT européennes.

Site internet

DB

Charles Deutsch et René Bonnet s'associèrent en 1938 pour construire des voitures de compétition avec la mécanique 11 CV Citroën (barquettes et monoplaces), qui donnèrent ensuite naissance à un coach grand tourisme présenté au Salon de 1949. Citroën refusant de leur livrer des mécaniques, ils se tournèrent vers Panhard, et élaborèrent une série de coaches, puis de cabriolets, produits parallèlement aux modèles de compétition, jusqu'à leur séparation en 1962.

Parmi les pionniers français, la firme De Dion-Bouton est sans doute celle qui est passée le plus vite au stade industriel : au début du siècle, sa production était la plus importante en nombre, avec plus de 100 véhicules par mois, parfaitement viables. Malheureusement, la multiplication des modèles se fit au détriment du progrès technique, malgré la sortie de l'un des tous premiers "V8" (1910) dont la diffusion demeura limitée. Au cours des années 20, la marque conserva les faveurs d'une clientèle traditionaliste grâce à ses robustes 10/12 CV. Celles-ci devenant démodées à leur tour, la fin était inéluctable.

Site internet

De La Chapelle est une marque d'automobile française créée en 1975 par Xavier de La Chapelle à Saint-Chamond (près de Saint Étienne).
En 1978 il présente au Salon international de l'automobile de Genève la Stimula 55

 

Site internet

John Zachary De Lorean, ancien vice-président de la General Motors, voulut devenir constructeur à part entière, en recourant aux services de Giorgetto Giugiaro pour dessiner un audacieux coupé à portes "papillon" et carrosserie synthétique recouverte d'acier inoxydable, motorisé par un V6 PRV. Une superbe usine fut construite en Irlande du Nord avec l'appui des autorités locales, mais une politique financière hasardeuse allait conduire l'entreprise à fermer ses portes moins de 18 mois après le début de la production, en grande majorité destinée aux Etats-Unis.

Site internet

Comme pour Plymouth, lancée un mois plus tôt, Chrysler fit appel en août 1928 à l'histoire pour baptiser une nouvelle marque. Le navigateur espagnol Hernando de Soto avait en effet découvert en 1541 le fleuve Mississippi. Le nom et la voiture plurent tant au public que la 100.000e tomba de chaîne 14 mois plus tard... L'adoption du style "Airflow" fut par contre moins heureuse. Au fil des ans, les De Soto se rapprochèrent en ligne et en prix des Chrysler, au point que leur production fut jugée superflue en novembre 1960, après la sortie de quelque 3 000 modèles "61". Utilisant la caisse et la mécanique des Plymouth contemporaines, la série Diplomat était réservée à l'export.

En 1959, le pilote argentin Alejandro de Tomaso s'installa à Modène pour y construire des voitures de course, surtout des monoplaces de Formule 1, F2 ou Junior. Il présenta ensuite divers prototypes de sport, notamment la Vallelunga à moteur arrière Ford 1.500 cm3 (1963) mais son premier modèle vraiment commercialisé fut la Mangusta de 1968. En 1971, la Pantera reprit le même schéma - moteur V8 en position centrale - mais la berline Deauville et le coupé Longchamp sont de conception (et de ligne) beaucoup plus classiques. Entre 1969 et 1975 l'entreprise fut contrôlée par Ford mais retrouva ensuite son autonomie.

Site internet

Les premières Delage (1905) étaient des petites "mono" à moteur De Dion mais les productions s'étoffèrent au fil des ans pour devenir de fort élégantes, voire luxueuses, 6 et 8 cylindres. Reprise par Delahaye en 1935, la marque s'éteignit en 1954.

Commençant ses activités automobiles en 1895, Delahaye fut réputé pour ses voitures d'un classicisme "bourgeois" et ses véhicules d'incendie. A partir de 1935, la marque orienta sa production vers les grandes routières et, s'intéressa à la compétition, ce qui l'amena à élargir sa gamme vers des modèles à caractère sportif souvent élégamment habillés. Après 1945, ses châssis furent les plus utilisés par les carrossiers français (et quelques étrangers), mais leur technique dépassée et leur coût n'étaient plus concurrentiels en 1954 lorsqu'elle cessa sa production.

Site internet

Cette entreprise de chaudronnerie lourde aborda le marché automobile en 1904 et y acquit rapidement un grand prestige, grâce à des commandes de la Cour Impériale de Russie notamment. Après 1918, ses grosses voitures de maître cédèrent progressivement le pas à des modèles plus modestes, mais de technique raffinée (arbre à cames en tête). En dépit - ou à cause ? - de leur fabrication soignée, ils furent handicapés par une image de marque vieillotte et durent être abandonnés. La firme végétera jusqu'en 1949, en utilisant des moteurs américains six ou huit cylindres (Continental), puis des éléments Mercedes, y compris les châssis.

Devon Motorworks est une  maison de design industriel basé en Californie. Fondée en 2008 par l'entrepreneur Scott Devon qui présente en 2009 au Pebble Beach Concours d’Elegance la Devon GTX .

Site internet

DFP

Créée en 1906 par Doriot et Flandrin, auxquels vint se joindre Parant peu après, cette marque de Courbevoie a suscité maintes plaisanteries sur ses initiales, mais elle a bénéficié d'une certaine notoriété avant et après la Grande Guerre. Son principal titre de gloire lui vient de son importateur au Royaume-Uni, W.O. Bentley qui en tiré des voitures de compétition titrées à Brooklands et au Tourist Trophy notamment. Le Bol d'Or 1928 est également à son palmarès, mais à cette époque la production de voitures de tourisme (à moteur Chapuis-Dornier, CIME, Altos ou Sergant) était pratiquement terminée.

L'ingénieur danois Jorge Rasmussen (1878-1964) avait une fabrique de détonateurs qu'il reconvertit en 1919 pour la construction de petits moteurs à deux temps. A l'origine il s'agissait de jouets, qui devinrent des propulseurs pour bicyclettes puis de vraies motos. La reprise de la petite firme S.B. marquera le passage (réussi) aux "4 roues". En 1932 sera constitué le groupe Auto Union dont D.K.W. sera la marque populaire, avec près de 50.000 voitures produites en 1939. Ses usines étant en zone "est", Auto Union se replia à Düsseldorf et continua la fabrication de D.K.W. à moteur 2 temps jusqu'en 1966.

Site internet

Les frères John et Horace Dodge, qui avaient gagné beaucoup d'argent comme sous-traitants puis associés de Ford, lancèrent fin 1914 une voiture sous leur marque. Moderne, robuste et bien construite, ce fut un succès immédiat, Dodge devenant le deuxième constructeur américain en 1920. En 1928, la firme fut rachetée par Chrysler qui en fera son "milieu de gamme". Sur les marchés d'exportation la marque Dodge aura aussi une grande renommée, appuyée par ses camions et engins militaires, et sera la seule représentante du groupe Chrysler dans certains pays. Des modèles Plymouth seront également commercialisés sous le nom de Dodge Special ou Kingsway.

Site internet

Marque d'automobile néerlandaise fondée par Joop Donkervoort en 1978.

Spécialisé dans la construction de voitures de sport ultra légère.

Site internet

Marque née en 1924 à la suite du rachat de la vieille firme franco-suisse Z.L. (Zurcher et Lüthi) par Jérome Donnet. Le nom "Zedel" disparaît à partir de 1927, la gamme s'appuyant désormais sur deux 4 cylindres 7 et 11 CV, suivies par une 6 cylindres légère et une éphémère bicylindre 2 temps (ex-Deguingand alias Sima Violet). La firme ne survécut pas aux conséquences de la crise de 1929, endettée par la construction de son usine de Nanterre qui deviendra le berceau de Simca.

Site internet

Marque américaine de grand luxe, créée en 1919 par Paul Du Pont, apparenté à la famille Du Pont de Nemours et construite avec grand soin à Wilmington, Delaware. Ses moteurs proviennent pour la plupart de spécialistes extérieurs (Herschell-Spillman, Wisconsin, Continental), mais la marque se distingue surtout par l'élégance voire l'extravagance de ses carrosseries, signées Waterhouse, Merrimac ou Derham, et choisies par de nombreuses vedettes de cinéma. Comme à beaucoup d'autres, la crise de 1929 lui fut fatale et la production fut abandonnée en 1932.

La plus arrogante, la plus puissante, la plus chère... tous ces superlatifs peuvent s'appliquer à la Dussenberg J - encore mieux à la SJ à compresseur - c'est bien ainsi qu'elle avait été imaginée par E.L. Cord et conçue par les frères Duesenberg. Ces derniers s'étaient forgé une belle réputation dès 1914 avec leurs moteurs de course à 4 puis 8 cylindres, mais le célèbre "double arbre" de la J fut construit par Lycoming, autre membre du groupe Cord. Seulement 480 exemplaires de la série ont été produites en dix années contre plus de 600 Model A de 1920 à 1928, mais la doyenne est éclipsée...

William Crapo Durant, le fondateur de la General Motors, eut brièvement une marque à son nom sur une voiture de grande diffusion, vendue à plus de 100 000 exemplaires en moins de deux ans. Mais une politique financière hasardeuse allait le conduire rapidement à sa perte, et la crise de 1929 lui porta un coup fatal : la dernière usine ferma ses portes au début de 1932. L'empire Durant comprenait également au milieu des années vingt les marques Star (modèles économiques) et Flint (modèle haut de gamme), tandis que certaines étaient exportées dans les pays du Commonwealth sous la marque Rugby.

Site internet

Nous utilisons les cookies pour mesurer l'audience avec Google Analytics. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord. En savoir plusOK