Annuaire des véhicules car-register.com

Toutes les marques    A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z  

Henry Leland, constructeur de moteurs marins et d'engrenages de précision, conçut en 1902 une voiturette qu'il baptisa en l'honneur du fondateur de la ville de Detroit. Sa fabrication soignée valut à cette monocylindre un succès immédiat et la récompense du Dewar Trophy en 1908, d'où la fière devise de la marque : "The Standard of the World". General Motors acquit en 1909 la firme qui se maintiendra dès lors en tête du progrès technique : démarrage électrique (1912), moteurs en V à 8 cylindres (1914), puis à 12 et 16 cylindres (1930) devenant ainsi la voiture de luxe la plus diffusée au monde.

Site internet

Petit constructeur d'automobiles britannique, fondée en 1959 par Graham Nearn. En 1948, l'ingénieur Colin Chapman avait construit une voiture de course qu’il avait baptisé « Lotus ». En 1957, après divers modèles de compétition, il propose la Seven, une voiture sportive adaptée à un usage routier avec une carrosserie en aluminium.
Caterham devient distributeur de Lotus et se focalise sur la Seven dès les années 1960. Il devient ensuite le plus gros distributeur de Seven de Grande Bretagne, avant d'en obtenir l'exclusivité de Lotus. Lotus confie alors à Caterham l'assemblage des Lotus Seven.

 

Site internet

CG

S'étant consacrée au travail du plastique, la société Chappe et Gessalin réalisa dans ses ateliers de Brie-Comte-Robert des coupés et cabriolets sportifs à mécanique Simca.

D'abord associé avec Girardot et Voigt au sein de CGV, Fernand Charron créa sa propre marque en 1906 : l'entreprise s'appelait Charron Limited car les capitaux étaient anglais. En 1909, F. Charron partit diriger l'affaire d'Adolphe Clément dont il était devenu le gendre, mais il la quitta dès 1911 pour fonder la marque ALDA. Charron Limited continua à produire des voitures à cadence de plus en plus faible jusqu'à la fin des années vingt, sans rapport avec les Charron-Laycock qui étaient de fabrication entièrement britannique. Avant 1919, les Charron se distinguaient par leur radiateur derrière le moteur, mais leur apparence devint plus banale par la suite.

Entreprise américaine fondée en 1923 à Kalamazoo (Michigan) pour la production de taxis, qui ne s'intéressa au marché des voitures particulières qu'à partir de 1959. Très conservatrices, mais particulièrement robustes, les Checker de tourisme furent produites jusqu'en 1982 au rythme de quelques centaines d'unités annuelles, sous la forme de limousines 6 glaces (à châssis court ou long) et de "station wagon" (abandonnés en 1974), sans oublier les énormes Aerobus à 8 portes pour le service d'aéroport. Leurs moteurs sont des Continental jusqu'en 1964 (à soupapes latérales sur les berlines, à soupapes en tête sur les breaks), puis des Chevrolet ou plus rarement des Chrysler.

Marque fondée avant le siècle, qui produisit des voitures légères puis moyennes, utilisant parfois de techniques originales comme le pont arrière avec réducteurs dans les roues. Ses succès en compétition (notamment la victoire aux 24 H du Mans 1923) lui assurèrent un certain renom, mais les modèles de tourisme n'avaient pas d'arbre à cames en tête... Les Super Aigle à traction avant de 1934 ne furent pas un succès, et la firme fut obligée de se fournir chez d'autres constructeurs : moteurs Ford ou Citroën, caisses Chausson communes avec Matford... Mais, après la guerre, la fabrication des véhicules de tourisme dut être abandonnée.

Site internet

Né en Suisse, Louis Chevrolet émigra aux Etats-Unis où il se fit connaître comme pilote. Il rêvait aussi d'être constructeur, et son projet fut pris en mains par W.C. Durant, qui venait d'être évincé de la General Motors. Ni la 6 cylindres initiale ni la "V8" de 1917 ne furent de grands succès, mais la 4 cylindres "490" s'attaqua au marché de la Ford T. Intégrée à la G.M. en 1918, la marque Chevrolet dépassa le million d'unités annuelles en 1927, et restera longtemps la plus diffusée dans le monde, titre qui lui sera ravi par... Toyota, dans les années soixante-dix.

Site internet

Walter Percy Chrysler (1875-1940) est un modèle de réussite à l'américaine : de simple ouvrier, il était devenu en 1912 président de la firme Buick puis vice-président de la General Motors. Chargé par les banques de réorganiser les marques Willys, Maxwell et Chalmers, il lança en 1923 une voiture portant son nom. C'était une six-cylindres de conception moderne, dotée du freinage hydraulique sur les 4 roues, qui eut aussitôt un grand succès, ce qui ne fut pas le cas de l'Airflow de 1934. Malgré son confort, cette carrosserie aérodynamique disparaîtra dès 1937 au profit d'une ligne conventionnelle.

Site internet

Marque créée au lendemain de la Seconde guerre mondiale par le pilote italien Piero Dusio, qui se fit remarquer par de très fines voitures de course, mais aussi par un superbe coupé habillé par Pininfarina, considéré comme l'un des canons de l'élégance automobile. Après le départ de Piero Dusio pour l'Argentine, la marque italienne réalisa en série très limitée des coupés ou cabriolets sur base Fiat 1900 ou Fiat 1100, puis une série plus importante de dérivés Fiat 600 avec moteur porté à 750 puis 850 cm3, jusqu'à sa fermeture définitive en 1965.

Site internet

La première Citroën faillit être une grosse voiture à moteur sans soupapes (le prototype deviendra... la Voisin) mais André Citroën préféra s'orienter vers un modèle plus populaire, livré complet (avec démarrage et éclairage électriques) et destiné à atteindre des cadences "américaines". De fait, la production passa de 2.500 unités en 1919 (sur 6 mois) à plus de 20.000 en 1920. Au fil des années, la firme de Javel se signalera par ses audaces techniques et surtout commerciales, en particulier la généralisation de la traction avant sur toute sa gamme, ce qui lui assurera la fidélité quasi inébranlable de sa clientèle.

Site internet

Adolphe Clément, qui avait fait fortune dans la construction de cycles et la mécanique générale, vint à l'automobile dès 1899. Diverses alliances donnèrent naissance à des Clément-Gladiator, Clément-Panhard ou Clément-Talbot, mais en 1904, Adolphe Clément ayant vendu les droits de sa marque à un consortium franco-anglais (qui continua la production de voitures Clément en Angleterre !) ses productions puis lui-même prirent le nom de Clément-Bayard, à l'emblème du "chevalier sans peur et sans reproche". Très peu de Clément-Bayard furent construites après la Grande Guerre, l'usine de Levallois étant vendue à Citroën en 1921.

Après avoir relancé la marque Auburn, puis acquis Duesenberg Motors en 1926 Errett Lobban Cord décida d'attacher son nom à une voiture d'avant-garde. Avec ses roues avant motrices et son châssis surbaissé en "X", autorisant des carrosseries exceptionnellement basses, la Cord L29 eut une influence incontestable sur la mode automobile. En dépit du mauvais climat économique 5.010 Cord furent fabriquées en un peu plus de deux ans. La marque disparut des salons pour réapparaître à la fin de 1935 avec la 810 dûe au crayon de Gordon Buehrig. La faillite du groupe Cord limita à moins de 3.000 unités la production de cette V8 à traction avant.

Marque lyonnaise réputée pour ses grosses voitures luxueuses et performantes, construites à partir de 1905 jusqu'au début des années trente. En 1927, la marque innova en adoptant la suspension à quatre roues indépendantes sur des modèles dits "Sans Secousses" qui furent son chant du cygne.

Site internet

Marque anglaise construite à Manchester, en activité de 1904 à 1937, dont le modèle le plus réputé est la 20/25 HP des années dix, très utilisée comme voiture de liaison par les officiers du Royal Flying Corps. Les modèles suivants sont plus conventionnels, à l'exception peut-être de l'étrange Crossley-Burney aérodynamique à moteur arrière. La marque, qui ne doit pas être confondue avec les Crosley américaines (1939-1952) ou les Crosslé anglaises des années soixante, assembla sous licence les Willys américaines et les Bugatti "Brescia".

Site internet

Nous utilisons les cookies pour mesurer l'audience avec Google Analytics. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord. En savoir plusOK