Annuaire des véhicules car-register.com

Toutes les marques    A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z  

AC

La firme Auto Carriers était connue au début du siècle pour ses véhicules de livraison à trois roues, desquels dérivèrent des voiturettes baptisées "Sociable". De classiques 4 cylindres suivirent, puis, en 1920, sortit un moteur 6 cylindres à arbre à cames en tête, produit jusqu'en... 1962. Il propulsa aussi bien de luxueux cabriolets que le spartiate roadster ACE conçu par John Tojeiro. Ce modèle sera aussi disponible avec un moteur Bristol ou Ford (Zodiac), puis sera la base du "monstre sacré" le plus copié et "répliqué" : la Cobra. Les années 70 seront moins glorieuses avec la lente gestation de la 3000 ME.

Site internet

Acura est la marque haut de gamme de la firme japonaise Honda créée en 1986, utilisée aux États-Unis, au Canada, au Mexique, à Hong Kong et en Chine depuis 2006.

Site internet

La firme fondée en 1880 par Heinrich Kleyer (1853-1932) était bien connue pour ses bicyclettes et ses machines à écrire quand elle lança en 1900 un monocylindre. Dès 1904, Adler montait ses propres moteurs polycylindriques. En 1914, la gamme ne comprenait que des 4 cylindres de 1,3 à 9,2 litres. Des 6 et 87 cylindres apparurent à la fin des années vingt, et en 1932 fut présentée la Trumpf (atout), une 1500 à traction avant qui sera construite sous licence en Belgique par Imperia et en France par Rosengart. La Junior de 995 cm3 aura encore plus de succès, mais après 1945, l'aigle ne figurera plus que sur des "deux roues".

Société de Novo mesto créée en 1954, en Slovénie, qui produit des caravanes et camping-cars, sous le nom de la marque Adria et Adriatik. 

 

Site internet

Créée en 1929 par l'ingénieur Kabes, cette marque tchèque est toujours restée fidèle à la traction avant et au moteur deux-temps. Le premier modèle était propulsé par un monocylindre de 500 cm3, mais les suivants ont pris de plus en plus de volume, jusqu'à deux litres de cylindrée. Souvent carrossées avec élégance, elles ont aussi pris part à des compétitions. A partir de 1946, une nouvelle entreprise proposa la Minor à moteur 615 cm3, qui fut brièvement représentée en France et dont une version allégée participa aux 24 Heures du Mans.

Aixam est un fabricant de voitures sans permis. Né en 1975 sous le nom d'Arola, les premières voitures sans permis sont très simplistes : moteur essence, guidon... Dès 1983, la marque change de nom et devient Aixam, contraction de Aix-les-Bains et d'Automobile. Sur un cahier des charges totalement revu, Aixam commercialise sa nouvelle voiture sans permis (vitesse 45 km/h) : la 325 D. En 1985, AIXAM complète sa gamme en lançant son premier TQM (vitesse : 75 km/h).

Site internet

La société "Anonima Lombarda Fabbrica Automobili" - en abrégé A.L.F.A. - a été constituée en 1910 à Milan après le rachat par des industriels locaux de la filiale italienne de Darracq. Ils choisiront comme blason les armes de leur ville : croix rouge et serpent avalant un infidèle, et chargeront Giuseppe Merosi d'étudier une voiture "grande routière" de 24 HP. Celle-ci sera construite à plusieurs centaines d'exemplaires jusqu'à la fin de la guerre. En 1915, la société passera sous la direction de Nicola Romeo, qui associera son nom à la marque.

Site internet

Sportif invétéré, Sidney Allard eut l'idée de commercialiser des copies de sa propre "spéciale" de trial à moteur Ford V8. A partir de 1946, il proposa une gamme de modèles "sport" ou grand tourisme à moteur américain, avec suspension par ressorts à lames transversaux sur la première série. Dans ses versions les plus puissantes, le roadster J2 avait des performances redoutables, mais les clients d'outre-Atlantique finirent par préférer les Jaguar... Allard se tourna alors vers la mécanique Ford, puis Jaguar, avant de se limiter au gonflage des Ford Anglia. Une réplique de J2 a été fabriquée au Canada dans les années 80.

La première Alpine sort à l'été 1955 : c'est un petit coach trapu équipé d'une mécanique de Renault 4 CV (747 cm3) pouvant recevoir diverses préparations pour courir. Au salon d'octobre 1958 est présenté un cabriolet équipé d'un moteur Dauphine (850 cm3), suivi d'un coupé 2+2 de lignes anguleuses, remplacé en 1963 par un coupé GT4 plus harmonieux. Ces carrosseries s'effaceront devant le succès de la célèbre berlinette à partir de 1968.

Site internet

La firme fondée par T.G. John en 1920 acquit une rapide notoriété grâce aux performances et à la solidité de ses voitures, réputation qui faillit être ternie par une "traction avant" trop complexe. Elle renoua avec le succès en sortant une série de "6 cylindres" très réussies, dont les modèles Speed à châssis surbaissé et 3 carburateurs pouvaient rivaliser avec les Bentley, en élégance comme en vitesse. Ligne très classique et exécution raffinée conservèrent une clientèle fidèle à la marque jusqu'au rachat par Rover en 1967.

Site internet

AMC

Rambler (littéralement : le promeneur) était la marque des bicyclettes puis des voitures légères construites depuis 1902 par Thomas Jeffery. Des modèles plus luxueux sortirent ensuite sous le nom de Jeffery, puis sous celui de Nash à partir de 1918. Le nom Rambler fut exhumé en 1950 pour désigner une série de "petites" Nash économiques. La fusion avec Hudson en 1954 pour former le groupe American Motors fut fatale aux deux marques, groupant les modèles sous l'emblème Rambler. Le sigle AMC le supplanta au fil des ans et on ne parla plus de Rambler après 1970, puis de moins en moins d'AMC...

La Famille Bollée avait une fonderie de cloches au Mans et Amédée Bollée, le père, avait construit dès 1873, un certain nombre de voitures expérimentales à vapeur et de tracteurs. En 1885 Amédée Bollée Fils construisit seul une petite voiture à vapeur de sa propre invention et s'intéressa peu après aux voitures à essence. 

Des années d'expérimentation aboutirent à la production, en 1896, d'un vis-à-vis 2 cyl. de 6 CV, à moteur horizontal et à transmission par courroie. Une de ces voitures participa à la course Paris-Marseille-Paris mais s'écrasa contre un arbre. 

Site internet

Fondée en 1920 à Saint-Denis, cette firme se lança dans la construction de "cyclecars" (moins de 1.100 cm3, moins de 350 kg). Sérieusement conçu, le type CC fut un succès commercial de même que ses dérivés C4 à quatre places et CS (sport) et CGSs (Grand Sport surbaissé). La marque fut moins heureuse avec ses modèles ultérieurs 10 CV 4 cylindres et 11 CV 8 cylindres, mais les 5 et 7 CV des années trente furent assez diffusées. Reprise par Hotchkiss en 1937, elle produisit jusqu'à la guerre une intéressante traction avant baptisée Compound.

Site internet

L'une des rares voitures authentiquement amphibies à avoir connu un certain succès : 2 500 exemplaires avaient été livrés (notamment à la police fluviale allemande) lors de la cessation de la production courant 1965. Construite à Berlin par la société DWM, elle utilisait un moteur Triumph Herald placé à l'arrière, entraînant soit les roues, soit deux hélices.

Site internet

Arash Farboud, entrepreneur iranien basé en Angleterre est à la tête des marques Fabrio et Arash depuis 2004.

en 2006 la marque publie les esquisses de la AF10  basé sur le graphisme de la Ferrari Enzo cependant aucun véhicule opérationnel n'a été mis à disposition de la presse automobile.

 

Site internet

Ariel Motor Company, entreprise britannique, fondée par Simon Saunders en 1991 sous le nom de Solocrest Ltd puis Ariel Motors en 2001. C'est l'un des plus petits constructeurs automobiles du Royaume-Uni avec seulement 7 employés.

Site internet

Cette marque fut fondée en 1903 par le Baron Petiet, président de la Chambre Syndicale des Constructeurs. Elle produisit jusqu'en 1938, outre des camions réputés, des voitures de qualité, toutes à 4 cylindres, à cadence de plus en plus réduite. Des versions sportives de la 15 CV 3 litres s'illustrèrent en compétition, notamment au Mans.

Cette marque née en 1919 de la fusion de la firme Armstrong-Whitworth avec Siddeley-Deasy se spécialisa très tôt dans la voiture "bourgeoise" sérieuse et solide, sinon performante. Les six cylindres "moyennes" ont constitué la majorité de sa production, en général dotée de la boîte présélective Wilson. La marque fut l'une des premières à reprendre son activité en 1945 avec une série reprenant le nom des avions produits pendant la guerre, qui sera remplacée en 1953 par l'élégante et luxueuse Sapphire produite jusqu'à la fermeture de l'usine en 1960. La 234, modèle "économique" à 4 cylindres, ne connut par contre guère de succès.

Site internet

S. H. "Wacky" Arnolt, distributeur de voitures sportives à Chicago, fit carrosser par Bertone des châssis Bristol 2 litres ou MG TD à l'intention de ses clients.

ARO

Fondée après la Seconde Guerre mondiale, sur les ruines de l’usine IAR de Brașov (transylvanie), usine qui fabriquait des pièces d’aéronautique.

Le constructeur ne produit que 3 modèles ARO IMS, ARO 24 et ARO 10.

Société polonaise fondée en 2008 qui a produit la supercar Hussarya.

Site internet

Constructeur allemand de voitures de sport. La société a été fondée par Klaus Dieter Frers à Delbrück en 2006, où sont actuellement produit l'Artega GT et l'Artega SE. Les deux ont été dessinés par Henrik Fisker, un ancien d'Aston Martin. Le 25 janvier 2010, l'entreprise est rachetée par le fonds d'investissement mexicain Tresalia Capital. Frers quitte alors l'entreprise, laissant place au Dr. Wolfgang Ziebart à la tête de l'entreprise.

Site internet

ASA

Conçue par Ferrari, cette petite voiture (1 032 puis 1 092 cm3) à très hautes performances avait été surnommée "Ferrarina" bien avant sa présentation au Salon de Turin 1962. C'est en réalité la famille De Nora qui l'a construite en quantité limitée dans sa propre usine de Milan. La ligne est signée Bertone, mais la réalisation des carrosseries a été confiée aux ateliers Ellena ou Corbetta.

Ascari Cars est un constructeur automobile britannique situé à Banbury en Angleterre. L'entreprise a été fondée en 1995 et son nom est un hommage à Alberto Ascari le premier double champion du monde de Formule 1. Officiellement, le nom provient d'une abréviation de "Anglo Scottish CAR Industries".

Site internet

 Constructeur automobile espagnol. La société a été fondée en 2003 par Ignacio Fernández Rodríguez.

Site internet

Ne cherchez pas "M. Aston" parmi les pionniers, car ce nom est celui d'une course de côte gagnée par L. Martin sur une voiture de sa conception. A la construction artisanale d'engins de compétition succéda la production de modèles "sport" à arbre à cames en tête dessinés par Bertelli et développés jusqu'à la guerre. En 1948, la firme fut reprise par le groupe David Brown en même temps que la marque Lagonda, qui apportait son six cylindres "double arbre" dû à W.O. Bentley. Ce moteur allait assurer le succès des Aston-Martin de course et de grand tourisme, avant de s'effacer au profit du "V8" sorti en 1969.

Site internet

ATS

Pour Automobili Turismo e Sport est une marque automobile italienne des années 1960. Elle tire son origine d'une scission au sein de la Scuderia Ferrari. ATS a donné le jour à un coupé sportif ainsi qu'à une éphémère équipe de Formule 1.
Seules deux voitures naitront de cet ambitieux projet. Pour ce qui est de la route, Chiti conçoit la 2500 GT, un modèle qui ne sera construit qu'à une poignée d'exemplaires et ne rencontrera jamais le succès. Guère plus de réussite du côté de la Formule 1, l'ATS 100 se trainera tout au long de la saison 1963.

Dans la ville d'Auburn (Indiana), les frères Eckhart avaient entrepris dès 1903 la construction d'automobiles. D'abord monocylindriques, elles étaient passées aux 6 cylindres en 1913, mais se vendaient mal car dépourvues de la moindre originalité. En peu d'années E.L. Cord en fit un succès : il leur donna une esthétique très personnelle avec un capot mouluré et une peinture deux tons, les habilla sportivement, monta de puissants moteurs Lycoming à 8 puis 12 cylindres, le tout vendu à prix défiant toute concurrence. Cette méthode conduisit cependant la marque à sa perte quand vint la dépression.

Site internet

Audi signifie en latin "j'écoute" ce qui est la traduction littérale du nom d'August Horch, créateur en 1909 de cette marque. Les premières Audi furent des "grands tourismes" avant la lettre : techniquement sophistiquées, puissantes, luxueuses... et coûteuses d'où une diffusion très limitée. Au bord de la faillite, la firme fut rachetée par Rasmussen, le fondateur de D.K.W., puis intégrée en 1932 au consortium Auto Union. Des moteurs 6 et 8 cylindres de la défunte marque américaine Rickenbacker et même des Peugeot furent montés - sans succès. Seules des 2 litres à traction avant seront vendues en nombre appréciable. Ressuscitée en 1965, la marque Audi a rapidement acquis une image de raffinement et de performance.

Site internet

Herbert Austin (1866-1941) quitta la firme Wolseley en 1905 pour créer sa propre marque. Ses premiers modèles étaient de grosses voitures de luxe, mais ceux des années 20 connaîtront un bien plus grand succès, notamment l'universelle Seven. A partir de 1930 Austin offrit une gamme complète pour une clientèle traditionaliste... avec un grand choix de caisses de série. Les années 50 virent une progressive rationalisation de la production par la fusion au sein de la B.M.C. avec son éternelle rivale Morris, qui lui cédera finalement le pas à l'aube des années 1980.

Site internet

Le nom de Donald Healey, ingénieur et pilote en renom apparut en 1948 sur un coupé et un roadster à moteur 2,4 litres Riley, suivis d'un modèle avec moteur américain Nash. La première Austin-Healey est présentée au Salon de Londres 1952 : c'est un roadster 4 cylindres conçu surtout pour les marchés d'exportation, mais que l'on vit aussi au Mans. Il recevra un six cylindres en 1956 et sera construit jusqu'en 1967. En 1958 sort un petit cabriolet baptisé Sprite mais plus connu sous le sobriquet de "Frogeye" dû à ses phares proéminents. En 1961 elle adoptera la robe de sa cousine MG Midget et s'effacera en 1971.

Site internet

La vieille firme milanaise Bianchi, qui avait construit des voitures jusqu'en 1939 vit son activité réduite aux camions et aux cycles après la guerre. Le rachat de l'entreprise par Fiat fit naître en 1957 une nouvelle marque qui offrit une version plus élégante de la Fiat 500. Autobianchi allait ensuite servir de "cobaye" à Fiat pour expérimenter la traction avant et le moteur transversal sur la Primula présentée au Salon de Paris 1965, puis la A 112.

Site internet

Nous utilisons les cookies pour mesurer l'audience avec Google Analytics. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord. En savoir plusOK