Annuaire des véhicules car-register.com

Toutes les marques    A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z  

AC

La firme Auto Carriers était connue au début du siècle pour ses véhicules de livraison à trois roues, desquels dérivèrent des voiturettes baptisées "Sociable". De classiques 4 cylindres suivirent, puis, en 1920, sortit un moteur 6 cylindres à arbre à cames en tête, produit jusqu'en... 1962. Il propulsa aussi bien de luxueux cabriolets que le spartiate roadster ACE conçu par John Tojeiro. Ce modèle sera aussi disponible avec un moteur Bristol ou Ford (Zodiac), puis sera la base du "monstre sacré" le plus copié et "répliqué" : la Cobra. Les années 70 seront moins glorieuses avec la lente gestation de la 3000 ME.

Site internet

Acura est la marque haut de gamme de la firme japonaise Honda créée en 1986, utilisée aux États-Unis, au Canada, au Mexique, à Hong Kong et en Chine depuis 2006.

Site internet

La firme fondée en 1880 par Heinrich Kleyer (1853-1932) était bien connue pour ses bicyclettes et ses machines à écrire quand elle lança en 1900 un monocylindre. Dès 1904, Adler montait ses propres moteurs polycylindriques. En 1914, la gamme ne comprenait que des 4 cylindres de 1,3 à 9,2 litres. Des 6 et 87 cylindres apparurent à la fin des années vingt, et en 1932 fut présentée la Trumpf (atout), une 1500 à traction avant qui sera construite sous licence en Belgique par Imperia et en France par Rosengart. La Junior de 995 cm3 aura encore plus de succès, mais après 1945, l'aigle ne figurera plus que sur des "deux roues".

Société de Novo mesto créée en 1954, en Slovénie, qui produit des caravanes et camping-cars, sous le nom de la marque Adria et Adriatik. 

 

Site internet

Créée en 1929 par l'ingénieur Kabes, cette marque tchèque est toujours restée fidèle à la traction avant et au moteur deux-temps. Le premier modèle était propulsé par un monocylindre de 500 cm3, mais les suivants ont pris de plus en plus de volume, jusqu'à deux litres de cylindrée. Souvent carrossées avec élégance, elles ont aussi pris part à des compétitions. A partir de 1946, une nouvelle entreprise proposa la Minor à moteur 615 cm3, qui fut brièvement représentée en France et dont une version allégée participa aux 24 Heures du Mans.

Aixam est un fabricant de voitures sans permis. Né en 1975 sous le nom d'Arola, les premières voitures sans permis sont très simplistes : moteur essence, guidon... Dès 1983, la marque change de nom et devient Aixam, contraction de Aix-les-Bains et d'Automobile. Sur un cahier des charges totalement revu, Aixam commercialise sa nouvelle voiture sans permis (vitesse 45 km/h) : la 325 D. En 1985, AIXAM complète sa gamme en lançant son premier TQM (vitesse : 75 km/h).

Site internet

La société "Anonima Lombarda Fabbrica Automobili" - en abrégé A.L.F.A. - a été constituée en 1910 à Milan après le rachat par des industriels locaux de la filiale italienne de Darracq. Ils choisiront comme blason les armes de leur ville : croix rouge et serpent avalant un infidèle, et chargeront Giuseppe Merosi d'étudier une voiture "grande routière" de 24 HP. Celle-ci sera construite à plusieurs centaines d'exemplaires jusqu'à la fin de la guerre. En 1915, la société passera sous la direction de Nicola Romeo, qui associera son nom à la marque.

Site internet

Sportif invétéré, Sidney Allard eut l'idée de commercialiser des copies de sa propre "spéciale" de trial à moteur Ford V8. A partir de 1946, il proposa une gamme de modèles "sport" ou grand tourisme à moteur américain, avec suspension par ressorts à lames transversaux sur la première série. Dans ses versions les plus puissantes, le roadster J2 avait des performances redoutables, mais les clients d'outre-Atlantique finirent par préférer les Jaguar... Allard se tourna alors vers la mécanique Ford, puis Jaguar, avant de se limiter au gonflage des Ford Anglia. Une réplique de J2 a été fabriquée au Canada dans les années 80.

La première Alpine sort à l'été 1955 : c'est un petit coach trapu équipé d'une mécanique de Renault 4 CV (747 cm3) pouvant recevoir diverses préparations pour courir. Au salon d'octobre 1958 est présenté un cabriolet équipé d'un moteur Dauphine (850 cm3), suivi d'un coupé 2+2 de lignes anguleuses, remplacé en 1963 par un coupé GT4 plus harmonieux. Ces carrosseries s'effaceront devant le succès de la célèbre berlinette à partir de 1968.

Site internet

La firme fondée par T.G. John en 1920 acquit une rapide notoriété grâce aux performances et à la solidité de ses voitures, réputation qui faillit être ternie par une "traction avant" trop complexe. Elle renoua avec le succès en sortant une série de "6 cylindres" très réussies, dont les modèles Speed à châssis surbaissé et 3 carburateurs pouvaient rivaliser avec les Bentley, en élégance comme en vitesse. Ligne très classique et exécution raffinée conservèrent une clientèle fidèle à la marque jusqu'au rachat par Rover en 1967.

Site internet

AMC

Rambler (littéralement : le promeneur) était la marque des bicyclettes puis des voitures légères construites depuis 1902 par Thomas Jeffery. Des modèles plus luxueux sortirent ensuite sous le nom de Jeffery, puis sous celui de Nash à partir de 1918. Le nom Rambler fut exhumé en 1950 pour désigner une série de "petites" Nash économiques. La fusion avec Hudson en 1954 pour former le groupe American Motors fut fatale aux deux marques, groupant les modèles sous l'emblème Rambler. Le sigle AMC le supplanta au fil des ans et on ne parla plus de Rambler après 1970, puis de moins en moins d'AMC...

La Famille Bollée avait une fonderie de cloches au Mans et Amédée Bollée, le père, avait construit dès 1873, un certain nombre de voitures expérimentales à vapeur et de tracteurs. En 1885 Amédée Bollée Fils construisit seul une petite voiture à vapeur de sa propre invention et s'intéressa peu après aux voitures à essence. 

Des années d'expérimentation aboutirent à la production, en 1896, d'un vis-à-vis 2 cyl. de 6 CV, à moteur horizontal et à transmission par courroie. Une de ces voitures participa à la course Paris-Marseille-Paris mais s'écrasa contre un arbre. 

Site internet

Fondée en 1920 à Saint-Denis, cette firme se lança dans la construction de "cyclecars" (moins de 1.100 cm3, moins de 350 kg). Sérieusement conçu, le type CC fut un succès commercial de même que ses dérivés C4 à quatre places et CS (sport) et CGSs (Grand Sport surbaissé). La marque fut moins heureuse avec ses modèles ultérieurs 10 CV 4 cylindres et 11 CV 8 cylindres, mais les 5 et 7 CV des années trente furent assez diffusées. Reprise par Hotchkiss en 1937, elle produisit jusqu'à la guerre une intéressante traction avant baptisée Compound.

Site internet

L'une des rares voitures authentiquement amphibies à avoir connu un certain succès : 2 500 exemplaires avaient été livrés (notamment à la police fluviale allemande) lors de la cessation de la production courant 1965. Construite à Berlin par la société DWM, elle utilisait un moteur Triumph Herald placé à l'arrière, entraînant soit les roues, soit deux hélices.

Site internet

Arash Farboud, entrepreneur iranien basé en Angleterre est à la tête des marques Fabrio et Arash depuis 2004.

en 2006 la marque publie les esquisses de la AF10  basé sur le graphisme de la Ferrari Enzo cependant aucun véhicule opérationnel n'a été mis à disposition de la presse automobile.

 

Site internet

Ariel Motor Company, entreprise britannique, fondée par Simon Saunders en 1991 sous le nom de Solocrest Ltd puis Ariel Motors en 2001. C'est l'un des plus petits constructeurs automobiles du Royaume-Uni avec seulement 7 employés.

Site internet

Cette marque fut fondée en 1903 par le Baron Petiet, président de la Chambre Syndicale des Constructeurs. Elle produisit jusqu'en 1938, outre des camions réputés, des voitures de qualité, toutes à 4 cylindres, à cadence de plus en plus réduite. Des versions sportives de la 15 CV 3 litres s'illustrèrent en compétition, notamment au Mans.

Cette marque née en 1919 de la fusion de la firme Armstrong-Whitworth avec Siddeley-Deasy se spécialisa très tôt dans la voiture "bourgeoise" sérieuse et solide, sinon performante. Les six cylindres "moyennes" ont constitué la majorité de sa production, en général dotée de la boîte présélective Wilson. La marque fut l'une des premières à reprendre son activité en 1945 avec une série reprenant le nom des avions produits pendant la guerre, qui sera remplacée en 1953 par l'élégante et luxueuse Sapphire produite jusqu'à la fermeture de l'usine en 1960. La 234, modèle "économique" à 4 cylindres, ne connut par contre guère de succès.

Site internet

S. H. "Wacky" Arnolt, distributeur de voitures sportives à Chicago, fit carrosser par Bertone des châssis Bristol 2 litres ou MG TD à l'intention de ses clients.

ARO

Fondée après la Seconde Guerre mondiale, sur les ruines de l’usine IAR de Brașov (transylvanie), usine qui fabriquait des pièces d’aéronautique.

Le constructeur ne produit que 3 modèles ARO IMS, ARO 24 et ARO 10.

Société polonaise fondée en 2008 qui a produit la supercar Hussarya.

Site internet

Constructeur allemand de voitures de sport. La société a été fondée par Klaus Dieter Frers à Delbrück en 2006, où sont actuellement produit l'Artega GT et l'Artega SE. Les deux ont été dessinés par Henrik Fisker, un ancien d'Aston Martin. Le 25 janvier 2010, l'entreprise est rachetée par le fonds d'investissement mexicain Tresalia Capital. Frers quitte alors l'entreprise, laissant place au Dr. Wolfgang Ziebart à la tête de l'entreprise.

Site internet

ASA

Conçue par Ferrari, cette petite voiture (1 032 puis 1 092 cm3) à très hautes performances avait été surnommée "Ferrarina" bien avant sa présentation au Salon de Turin 1962. C'est en réalité la famille De Nora qui l'a construite en quantité limitée dans sa propre usine de Milan. La ligne est signée Bertone, mais la réalisation des carrosseries a été confiée aux ateliers Ellena ou Corbetta.

Ascari Cars est un constructeur automobile britannique situé à Banbury en Angleterre. L'entreprise a été fondée en 1995 et son nom est un hommage à Alberto Ascari le premier double champion du monde de Formule 1. Officiellement, le nom provient d'une abréviation de "Anglo Scottish CAR Industries".

Site internet

 Constructeur automobile espagnol. La société a été fondée en 2003 par Ignacio Fernández Rodríguez.

Site internet

Ne cherchez pas "M. Aston" parmi les pionniers, car ce nom est celui d'une course de côte gagnée par L. Martin sur une voiture de sa conception. A la construction artisanale d'engins de compétition succéda la production de modèles "sport" à arbre à cames en tête dessinés par Bertelli et développés jusqu'à la guerre. En 1948, la firme fut reprise par le groupe David Brown en même temps que la marque Lagonda, qui apportait son six cylindres "double arbre" dû à W.O. Bentley. Ce moteur allait assurer le succès des Aston-Martin de course et de grand tourisme, avant de s'effacer au profit du "V8" sorti en 1969.

Site internet

ATS

Pour Automobili Turismo e Sport est une marque automobile italienne des années 1960. Elle tire son origine d'une scission au sein de la Scuderia Ferrari. ATS a donné le jour à un coupé sportif ainsi qu'à une éphémère équipe de Formule 1.
Seules deux voitures naitront de cet ambitieux projet. Pour ce qui est de la route, Chiti conçoit la 2500 GT, un modèle qui ne sera construit qu'à une poignée d'exemplaires et ne rencontrera jamais le succès. Guère plus de réussite du côté de la Formule 1, l'ATS 100 se trainera tout au long de la saison 1963.

Dans la ville d'Auburn (Indiana), les frères Eckhart avaient entrepris dès 1903 la construction d'automobiles. D'abord monocylindriques, elles étaient passées aux 6 cylindres en 1913, mais se vendaient mal car dépourvues de la moindre originalité. En peu d'années E.L. Cord en fit un succès : il leur donna une esthétique très personnelle avec un capot mouluré et une peinture deux tons, les habilla sportivement, monta de puissants moteurs Lycoming à 8 puis 12 cylindres, le tout vendu à prix défiant toute concurrence. Cette méthode conduisit cependant la marque à sa perte quand vint la dépression.

Site internet

Audi signifie en latin "j'écoute" ce qui est la traduction littérale du nom d'August Horch, créateur en 1909 de cette marque. Les premières Audi furent des "grands tourismes" avant la lettre : techniquement sophistiquées, puissantes, luxueuses... et coûteuses d'où une diffusion très limitée. Au bord de la faillite, la firme fut rachetée par Rasmussen, le fondateur de D.K.W., puis intégrée en 1932 au consortium Auto Union. Des moteurs 6 et 8 cylindres de la défunte marque américaine Rickenbacker et même des Peugeot furent montés - sans succès. Seules des 2 litres à traction avant seront vendues en nombre appréciable. Ressuscitée en 1965, la marque Audi a rapidement acquis une image de raffinement et de performance.

Site internet

Herbert Austin (1866-1941) quitta la firme Wolseley en 1905 pour créer sa propre marque. Ses premiers modèles étaient de grosses voitures de luxe, mais ceux des années 20 connaîtront un bien plus grand succès, notamment l'universelle Seven. A partir de 1930 Austin offrit une gamme complète pour une clientèle traditionaliste... avec un grand choix de caisses de série. Les années 50 virent une progressive rationalisation de la production par la fusion au sein de la B.M.C. avec son éternelle rivale Morris, qui lui cédera finalement le pas à l'aube des années 1980.

Site internet

Le nom de Donald Healey, ingénieur et pilote en renom apparut en 1948 sur un coupé et un roadster à moteur 2,4 litres Riley, suivis d'un modèle avec moteur américain Nash. La première Austin-Healey est présentée au Salon de Londres 1952 : c'est un roadster 4 cylindres conçu surtout pour les marchés d'exportation, mais que l'on vit aussi au Mans. Il recevra un six cylindres en 1956 et sera construit jusqu'en 1967. En 1958 sort un petit cabriolet baptisé Sprite mais plus connu sous le sobriquet de "Frogeye" dû à ses phares proéminents. En 1961 elle adoptera la robe de sa cousine MG Midget et s'effacera en 1971.

Site internet

La vieille firme milanaise Bianchi, qui avait construit des voitures jusqu'en 1939 vit son activité réduite aux camions et aux cycles après la guerre. Le rachat de l'entreprise par Fiat fit naître en 1957 une nouvelle marque qui offrit une version plus élégante de la Fiat 500. Autobianchi allait ensuite servir de "cobaye" à Fiat pour expérimenter la traction avant et le moteur transversal sur la Primula présentée au Salon de Paris 1965, puis la A 112.

Site internet

Constructeur de groupes marins - d'où l'ancre sur l'écusson - et fournisseur de moteurs pour nombre de marques, Edouard Ballot proposa sur le marché dans les années 20 une 2 litres réputée pour ses performances, puis évolua au mauvais moment vers la voiture de luxe, d'abord à 6, puis à 8 cylindres. Son chant du cygne fut une 4,5 litres 6 cylindres avec un moteur construit par Hispano-Suiza, qui deviendra la Hispano-Suiza Junior après la reprise de la firme en 1932.

Fabriquée à Niort (Deux-Sèvres), cette marque représente un bon exemple de la production régionale française, dont la réputation de sérieux et de robustesse dépassa quelque peu le cadre local. Ses premiers modèles étaient "mono", tous les suivants des 4 cylindres, de fabrication Ballot ou SCAP.

Benjamin se lança en 1921 dans la production de cyclecars 2 places à moteur 4 cylindres 750 cm3, bientôt étoffés en voiturettes 3 places, puis en version sport (ACT). En 1924 sort un modèle 7 CV 4 places, ainsi qu'une 6 CV à moteur bicylindre 2 temps qui se révéla un fiasco coûteux, de même que la 5 CV à bloc moteur arrière. Après la liquidation de Benjamin, le repreneur relança la production sous le nom de Benova, en ajoutant aux 4 cylindres 5 et 7 CV (moteur Chapuis-Dornier), une 8 cylindres qui ne fut pratiquement pas vendue.

Walter Owen Bentley (1888-1971) avait une formation d'ingénieur ferroviaire mais sa première réalisation au plan industriel fut un moteur d'avion...Avant la guerre de 1914-1918, il s'était intéressé à l'automobile en important les D.F.P. françaises, mais il décida en 1919 de construire "sa" voiture de sport, avec un moteur 4 cylindres muni d'un arbre à cames en tête. Cinq fois victorieuses aux 24 Heures du Mans, les Bentley connurent aussi un grand succès commercial, qui ne sauva pas la firme de la faillite cependant. Après le rachat de la marque en 1931, les Bentley furent à la calandre près semblables aux "petites" Rolls-Royce, la connotation sportive en plus.

Site internet

Constructeur britannique de caravanes puis de petites voitures à tendance sportive et carrosserie en plastique, utilisant diverses mécaniques d'origine motocycliste, qui présenta un intéressant modèle Bandit à moteur Ford au Salon de Londres 1960 mais ne put éviter la faillite l'année suivante.

Les premières Berliet "de série" sont de grosses 4 ou 6 cylindres, inspirées des Mercedes. En 1919, la construction d'un type unique VB 15 CV, à la façon américaine, se révéla une erreur, et Berliet devra développer une gamme fournie allant de la 7 CV utilitaire à la 6 cylindres "bourgeoise". Seuls les 4 cylindres resteront au programme à partir de 1933. Les 9 et 11 CV seront les plus prisées, elles connaîtront quelques évolutions tant techniques (châssis surbaissé, roues avant indépendantes) qu'esthétiques (ailes à bavolets, calandre inclinée). L'ultime modèle de tourisme utilise la caisse Peugeot 402, mariée avec un capot classique et une grille "façon Buick".

Site internet

 entreprise de carrosserie automobile italienne fondée à Turin en novembre 1912 par Giovanni Bertone (1884-1972), alors âgé de 28 ans, qui avait initialement comme objet social la réparation et la construction de chariots pour la traction animale.

Site internet

Constructeur allemand de luxueuses voitures "grand tourisme" sur base mécanique Opel Diplomat V8 (modèle CD) ou Senator 3 litres (modèle SC). La production en a été interrompue en 1985 et une tentative de redémarrage en 1988 n'a pas été couronnée de succès. A noter que cette marque n'a jamais été officiellement représentée en France.

Site internet

Après avoir travaillé chez Ferrari, puis pour le compte d'ATS et conçu le moteur V12 destiné à Lamborghini, l'ingénieur Giotto Bizzarrini étudie avec Iso une berlinette à très hautes performances motorisée par un V8 Chevrolet : la Grifo A 3 C. En 1966, il reprend son indépendance et propose cette berlinette sous sa propre marque, qui ne durera que quelques saisons.

BMW

Créée en 1916 par la réunion de deux usines d'aviation, la "Bayerischen Motoren Werke AG" commença à produire des motos en 1923, puis vint à l'auto en reprenant, fin 1928, la vieille firme Dixi d'Eisenach qui fabriquait sous licence l'Austin Seven. En 1933 parut la BMW 303, première d'une longue lignée de "6 cylindres" de plus en plus puissantes. Ses usines d'Eisenach étant situées en zone orientale, BMW ne reprit la construction de voitures (à Munich) qu'en 1952, avec des 6 puis des 8 cylindres raffinées mais coûteuses. La marque assura cependant sa survie avec ses petites voitures, et son avenir par une très moderne 1500 lancée en 1962.

Site internet

Spécialiste des véhicules économiques Bond a construit des vélomoteurs, des scooters, des monoplaces de Formule Junior... et des "Minicar" à l'unique roue avant motrice, populaires outre-Manche grâce à des avantages fiscaux. Tout en poursuivant la fabrication de "trois-roues" (jusqu'en 1974 !), Bond présenta en 1964 un coupé aux lignes plutôt tourmentées avec un moteur de Triumph Spitfire, puis un modèle plus élégant à moteur 6 cylindres (de GT6). La firme fut reprise en 1969 par son ex-concurrente Reliant, qui fournira le moteur du dernier "tricycle" Bond : le Bug aux lignes futuristes.

La première voiture à porter le nom de Carl Borgward (1890-1963) fut la 2000 de 1939, dérivée de la dernière Hansa, mais condamnée par la guerre. La marque fit sa réapparition au Salon de Genève en 1949 avec une moderne (et chère) 1500 qui deviendra une 1800 en 1952. Sa qualité de construction lui vaudra un succès d'estime par contre, l'Isabella qui lui succéda en 1954 fut largement exportée, mais ne put être modernisée assez tôt pour empêcher le déclin puis la faillite de la firme. Les camions Borgward jouissaient aussi d'une excellente réputation, mais les 6 cylindres de luxe, maladroitement dessinées et manquant de mise au point sont restées confidentielles...

Site internet

D'abord associé à Georges Richard, le créateur de la marque Unic, Henri Brasier construisit de grosses voitures de course sous la marque Richard-Brasier, puis des voitures de tourisme et des camions sous son nom à partir de 1905, choisissant comme emblème le trèfle à quatre feuilles. Les Brasier étaient d'assez grosses voitures de conception classique, dont la fabrication fut reprise après la Grande Guerre, à côté de modèles plus économiques, demeurant seuls au programme au moment où la firme fut réorganisée sous le nom de Chaigneau-Brasier, en 1931.

Brilliance China Automotive Holdings Limited (st une marque automobile chinoise créée en 1993 et appartenant au groupe Shenyang Automotive. Brilliance possède une joint-venture avec BMW après un flirt avec ROVER et fabrique pour le marché chinois des BMW Série 3 et des Série 5 rallongées. L'entreprise possède aussi une marque de minibus et de minivans appelée Jinbei et elle produit aussi sa propre gamme de modèles.

Site internet

En 1945, la Bristol Aeroplane Company décida de se reconvertir en partie et choisit de développer une voiture de grand tourisme à partir de la BMW 327 dont elle disposait des plans. Accent était dès lors mis sur la qualité de fabrication, imposant une production réduite, éthique toujours en vigueur. Le moteur 6 cylindres 2 litres ayant été poussé dans ses retranchements : jusqu'à 170 ch en version compétition, il fut remplacé en 1961 par un "V8" Chrysler, de plus en plus gros au fil des ans... L'usine continue de sortir quelques dizaines de voitures par an, pour une clientèle fidèle mais exigeante...

Site internet

Toutes les Salmson ne sont pas nées au Point du Jour... car une filiale anglaise, la "British Salmson Aero Engines Limited", créée en 1926 pour produire des moteurs d'avion, monta en 1934 à la guerre des châssis S4 finis et carrossés sur place. La 12/55 alias S4 C fut remplacée en 1937 par la S4 DA à suspension avant indépendante et freins hydrauliques, mais le chant du cygne de la marque fut une six cylindres "double arbre" aussi élégante que performante, qui restera absente du catalogue français. Les Salmson anglaises n'avaient pas la "Cotal", mais une boîte classique.

Site internet

BSA

Au sein du vaste groupe industriel Birmingham Small Arms, deux entités distinctes ont produit des voitures sous cette même marque : tandis que la maison-mère s'était spécialisée dans les petites cylindrées de luxe techniquement très proches de leurs cousines Daimler ou Lanchester, la division "cycles" développait pour les anciens motards et les sportifs une gamme de "traction avant" à trois roues... qui en reçurent finalement une quatrième. Elégante et nerveuse, la Scout survécut à la B.S.A. "Ten" plus classique, mais pas à la guerre.

Entreprise établie à Levallois-Perret en banlieue parisienne, d'abord fournisseur de moteurs pour l'industrie aéronautique ou pour divers assembleurs de voitures ou de motos, puis constructeur à part entière à partir de 1911 en dépit de sa réputation de qualité la marque ne put survivre à la crise de la fin des années vingt.

Bufori est une marque d'automobiles créée dans les années 1930. La société est détenue par trois frères Anthony, George et Gerry Khouri. En 1986, Gerry Khouri a commencé à construire trois voitures de sport dans son garage, un pour chacune des trois frères, qui ont conduit à la constitution de la société.

 

Site internet

Peu de réalisations techniques font l'objet d'un culte comparable à celui porté aux productions de l'usine de Molsheim. La personnalité - aussi élitiste qu'originale - du "patron" se reflète dans chacune de ses œuvres, du "petit Pur-sang" à la monumentale Royale, et la liste des victoires tient plusieurs pages, mais est-ce suffisant pour tout expliquer ? Après une brève renaissance italienne dans les années 90, la marque est désormais propriété du tentaculaire groupe VAG, avec des projets tout aussi mirifiques.

Site internet

David Buick (1854-1929) débuta dans l'industrie sanitaire - on lui attribue l'invention de la baignoire en fonte émaillée - puis construisit des moteurs industriels. Piètre gestionnaire, il ne réussit pas à produire en série la voiture qu'il conçut en 1903. Ce fut W.C. Durant qui racheta l'entreprise, posant ainsi la première pierre de la General Motors. Buick allait demeurer depuis lors dans le peloton de tête des constructeurs américains, sortant son millionième véhicule en 1923. Le slogan : "quand de meilleures autos seront faites, Buick les fera" datant des années 20 est resté en vigueur...

Site internet

Henry Leland, constructeur de moteurs marins et d'engrenages de précision, conçut en 1902 une voiturette qu'il baptisa en l'honneur du fondateur de la ville de Detroit. Sa fabrication soignée valut à cette monocylindre un succès immédiat et la récompense du Dewar Trophy en 1908, d'où la fière devise de la marque : "The Standard of the World". General Motors acquit en 1909 la firme qui se maintiendra dès lors en tête du progrès technique : démarrage électrique (1912), moteurs en V à 8 cylindres (1914), puis à 12 et 16 cylindres (1930) devenant ainsi la voiture de luxe la plus diffusée au monde.

Site internet

Petit constructeur d'automobiles britannique, fondée en 1959 par Graham Nearn. En 1948, l'ingénieur Colin Chapman avait construit une voiture de course qu’il avait baptisé « Lotus ». En 1957, après divers modèles de compétition, il propose la Seven, une voiture sportive adaptée à un usage routier avec une carrosserie en aluminium.
Caterham devient distributeur de Lotus et se focalise sur la Seven dès les années 1960. Il devient ensuite le plus gros distributeur de Seven de Grande Bretagne, avant d'en obtenir l'exclusivité de Lotus. Lotus confie alors à Caterham l'assemblage des Lotus Seven.

 

Site internet

CG

S'étant consacrée au travail du plastique, la société Chappe et Gessalin réalisa dans ses ateliers de Brie-Comte-Robert des coupés et cabriolets sportifs à mécanique Simca.

D'abord associé avec Girardot et Voigt au sein de CGV, Fernand Charron créa sa propre marque en 1906 : l'entreprise s'appelait Charron Limited car les capitaux étaient anglais. En 1909, F. Charron partit diriger l'affaire d'Adolphe Clément dont il était devenu le gendre, mais il la quitta dès 1911 pour fonder la marque ALDA. Charron Limited continua à produire des voitures à cadence de plus en plus faible jusqu'à la fin des années vingt, sans rapport avec les Charron-Laycock qui étaient de fabrication entièrement britannique. Avant 1919, les Charron se distinguaient par leur radiateur derrière le moteur, mais leur apparence devint plus banale par la suite.

Entreprise américaine fondée en 1923 à Kalamazoo (Michigan) pour la production de taxis, qui ne s'intéressa au marché des voitures particulières qu'à partir de 1959. Très conservatrices, mais particulièrement robustes, les Checker de tourisme furent produites jusqu'en 1982 au rythme de quelques centaines d'unités annuelles, sous la forme de limousines 6 glaces (à châssis court ou long) et de "station wagon" (abandonnés en 1974), sans oublier les énormes Aerobus à 8 portes pour le service d'aéroport. Leurs moteurs sont des Continental jusqu'en 1964 (à soupapes latérales sur les berlines, à soupapes en tête sur les breaks), puis des Chevrolet ou plus rarement des Chrysler.

Marque fondée avant le siècle, qui produisit des voitures légères puis moyennes, utilisant parfois de techniques originales comme le pont arrière avec réducteurs dans les roues. Ses succès en compétition (notamment la victoire aux 24 H du Mans 1923) lui assurèrent un certain renom, mais les modèles de tourisme n'avaient pas d'arbre à cames en tête... Les Super Aigle à traction avant de 1934 ne furent pas un succès, et la firme fut obligée de se fournir chez d'autres constructeurs : moteurs Ford ou Citroën, caisses Chausson communes avec Matford... Mais, après la guerre, la fabrication des véhicules de tourisme dut être abandonnée.

Site internet

Né en Suisse, Louis Chevrolet émigra aux Etats-Unis où il se fit connaître comme pilote. Il rêvait aussi d'être constructeur, et son projet fut pris en mains par W.C. Durant, qui venait d'être évincé de la General Motors. Ni la 6 cylindres initiale ni la "V8" de 1917 ne furent de grands succès, mais la 4 cylindres "490" s'attaqua au marché de la Ford T. Intégrée à la G.M. en 1918, la marque Chevrolet dépassa le million d'unités annuelles en 1927, et restera longtemps la plus diffusée dans le monde, titre qui lui sera ravi par... Toyota, dans les années soixante-dix.

Site internet

Walter Percy Chrysler (1875-1940) est un modèle de réussite à l'américaine : de simple ouvrier, il était devenu en 1912 président de la firme Buick puis vice-président de la General Motors. Chargé par les banques de réorganiser les marques Willys, Maxwell et Chalmers, il lança en 1923 une voiture portant son nom. C'était une six-cylindres de conception moderne, dotée du freinage hydraulique sur les 4 roues, qui eut aussitôt un grand succès, ce qui ne fut pas le cas de l'Airflow de 1934. Malgré son confort, cette carrosserie aérodynamique disparaîtra dès 1937 au profit d'une ligne conventionnelle.

Site internet

Marque créée au lendemain de la Seconde guerre mondiale par le pilote italien Piero Dusio, qui se fit remarquer par de très fines voitures de course, mais aussi par un superbe coupé habillé par Pininfarina, considéré comme l'un des canons de l'élégance automobile. Après le départ de Piero Dusio pour l'Argentine, la marque italienne réalisa en série très limitée des coupés ou cabriolets sur base Fiat 1900 ou Fiat 1100, puis une série plus importante de dérivés Fiat 600 avec moteur porté à 750 puis 850 cm3, jusqu'à sa fermeture définitive en 1965.

Site internet

La première Citroën faillit être une grosse voiture à moteur sans soupapes (le prototype deviendra... la Voisin) mais André Citroën préféra s'orienter vers un modèle plus populaire, livré complet (avec démarrage et éclairage électriques) et destiné à atteindre des cadences "américaines". De fait, la production passa de 2.500 unités en 1919 (sur 6 mois) à plus de 20.000 en 1920. Au fil des années, la firme de Javel se signalera par ses audaces techniques et surtout commerciales, en particulier la généralisation de la traction avant sur toute sa gamme, ce qui lui assurera la fidélité quasi inébranlable de sa clientèle.

Site internet

Adolphe Clément, qui avait fait fortune dans la construction de cycles et la mécanique générale, vint à l'automobile dès 1899. Diverses alliances donnèrent naissance à des Clément-Gladiator, Clément-Panhard ou Clément-Talbot, mais en 1904, Adolphe Clément ayant vendu les droits de sa marque à un consortium franco-anglais (qui continua la production de voitures Clément en Angleterre !) ses productions puis lui-même prirent le nom de Clément-Bayard, à l'emblème du "chevalier sans peur et sans reproche". Très peu de Clément-Bayard furent construites après la Grande Guerre, l'usine de Levallois étant vendue à Citroën en 1921.

Après avoir relancé la marque Auburn, puis acquis Duesenberg Motors en 1926 Errett Lobban Cord décida d'attacher son nom à une voiture d'avant-garde. Avec ses roues avant motrices et son châssis surbaissé en "X", autorisant des carrosseries exceptionnellement basses, la Cord L29 eut une influence incontestable sur la mode automobile. En dépit du mauvais climat économique 5.010 Cord furent fabriquées en un peu plus de deux ans. La marque disparut des salons pour réapparaître à la fin de 1935 avec la 810 dûe au crayon de Gordon Buehrig. La faillite du groupe Cord limita à moins de 3.000 unités la production de cette V8 à traction avant.

Marque lyonnaise réputée pour ses grosses voitures luxueuses et performantes, construites à partir de 1905 jusqu'au début des années trente. En 1927, la marque innova en adoptant la suspension à quatre roues indépendantes sur des modèles dits "Sans Secousses" qui furent son chant du cygne.

Site internet

Marque anglaise construite à Manchester, en activité de 1904 à 1937, dont le modèle le plus réputé est la 20/25 HP des années dix, très utilisée comme voiture de liaison par les officiers du Royal Flying Corps. Les modèles suivants sont plus conventionnels, à l'exception peut-être de l'étrange Crossley-Burney aérodynamique à moteur arrière. La marque, qui ne doit pas être confondue avec les Crosley américaines (1939-1952) ou les Crosslé anglaises des années soixante, assembla sous licence les Willys américaines et les Bugatti "Brescia".

Site internet

Dacia est un constructeur d'automobiles roumain, filiale du groupe français Renault.
Créé en 1966, le constructeur produit principalement des dérivés de la gamme d'automobiles Renault. Le modèle emblématique est la Dacia 1310, appelée simplement Dacia, qui est une version améliorée de la Renault 12 sans apport technologique majeur.

Site internet

Daewoo est un groupe industriel sud-coréen fondé par Kim Woo-choong, présent dans de nombreux domaines, dont la construction navale, le bâtiment, les armes, l'électroménager, l'électronique et l'automobile fondé en 1967.
Dissous par le gouvernement sud-coréen en 1999, il subsiste quelques anciennes divisions sous forme d'entités indépendantes, la partie automobile est depuis nommée GM Daewoo.

DAF

C'est à un constructeur de poids lourds que revient le mérite d'avoir popularisé une voiture légère entièrement automatique.

Site internet

Daihatsu, fondé en 1907, pour fabriquer des moteurs à combustion interne.
La production de véhicules ne débute qu'en 1930 avec des tricycles et le nom définitif de la marque n'est adopté qu'en 1951, en même temps que la réalisation de sa première automobile à carrosserie, la BEE, qui compte trois roues.

C’ est le plus vieux constructeur automobile nippon. Il fait partie du groupe Toyota, et possède plusieurs modèles en commun avec la première marque du groupe (Toyota).

 

Site internet

Fondée en 1893 pour l'exploitation des brevets de Gottlieb Daimler en Grande Bretagne, le "Daimler Motor Syndicate" devint rapidement indépendant. Une des premières Daimler anglaises ayant été acquise par le Prince de Galles, la marque sera jusqu'aux années 50 le fournisseur exclusif de la Couronne. Souplesse et silence seront toujours prioritaires, d'où le choix de moteurs sans soupapes puis du "volant fluide" (coupleur hydraulique) mais à partir de 1930 apparaîtront des modèles plus légers et plus performants. En 1960, la société sera rachetée par Jaguar, les Daimler perdront alors un peu de leur originalité mais garderont tout leur raffinement.

Site internet

En 1921, André et Robert Darmont entreprennent le montage des célèbres cyclecars anglais Morgan, équipés de moteurs montés devant le radiateur, entraînant par chaîne l'unique roue arrière. A partir de 1926, ils seront entièrement construits à Courbevoie, toujours avec des moteurs bicylindres en V, refroidis par air ou par eau. Les modèles suivants se rapprocheront de la technique "voiture" : moteur sous capot, puis... quatre roues.

Après avoir fabriqué des cycles sous la marque Gladiator, puis des véhicules électriques, Alexandre Darracq acquit en 1898 la licence des voiturettes Léon Bollée et se spécialisa d'abord dans la voiture légère, mais il s'orienta rapidement vers des modèles plus importants, voire de très grosses voitures de course. En 1905 la firme passa sous contrôle britannique, A. Darracq quittant la société dès 1912. La marque fut intégrée au consortium Sunbeam-Talbot-Darracq en 1920, et le nom Darracq tomba peu à peu en désuétude, sauf en Angleterre où il continua à désigner les Talbot de Suresnes pour les distinguer de celles construites à Londres.

Le puissant groupe industriel Nissan fut formé en 1934 par la réunion de plusieurs entreprises de mécanique, dont la "Jitsuyo Jidosha Seizo" qui produisait en petites séries des autos baptisées DAT puis Datson, devenues Datsun en adoptant comme emblème le soleil levant. Les premières Datsun s'inspiraient de l'Austin Seven, et la Bluebird de 1958 avait quelques ressemblances avec l'Austin A 30... En 1962 apparut un cabriolet baptisé Fairlady (à moteur 1500, puis 1600 et 2000 cm3), remplacé en 1969 par la série "Z" à six cylindres, destinée à rivaliser avec les GT européennes.

Site internet

DB

Charles Deutsch et René Bonnet s'associèrent en 1938 pour construire des voitures de compétition avec la mécanique 11 CV Citroën (barquettes et monoplaces), qui donnèrent ensuite naissance à un coach grand tourisme présenté au Salon de 1949. Citroën refusant de leur livrer des mécaniques, ils se tournèrent vers Panhard, et élaborèrent une série de coaches, puis de cabriolets, produits parallèlement aux modèles de compétition, jusqu'à leur séparation en 1962.

Parmi les pionniers français, la firme De Dion-Bouton est sans doute celle qui est passée le plus vite au stade industriel : au début du siècle, sa production était la plus importante en nombre, avec plus de 100 véhicules par mois, parfaitement viables. Malheureusement, la multiplication des modèles se fit au détriment du progrès technique, malgré la sortie de l'un des tous premiers "V8" (1910) dont la diffusion demeura limitée. Au cours des années 20, la marque conserva les faveurs d'une clientèle traditionaliste grâce à ses robustes 10/12 CV. Celles-ci devenant démodées à leur tour, la fin était inéluctable.

Site internet

De La Chapelle est une marque d'automobile française créée en 1975 par Xavier de La Chapelle à Saint-Chamond (près de Saint Étienne).
En 1978 il présente au Salon international de l'automobile de Genève la Stimula 55

 

Site internet

John Zachary De Lorean, ancien vice-président de la General Motors, voulut devenir constructeur à part entière, en recourant aux services de Giorgetto Giugiaro pour dessiner un audacieux coupé à portes "papillon" et carrosserie synthétique recouverte d'acier inoxydable, motorisé par un V6 PRV. Une superbe usine fut construite en Irlande du Nord avec l'appui des autorités locales, mais une politique financière hasardeuse allait conduire l'entreprise à fermer ses portes moins de 18 mois après le début de la production, en grande majorité destinée aux Etats-Unis.

Site internet

Comme pour Plymouth, lancée un mois plus tôt, Chrysler fit appel en août 1928 à l'histoire pour baptiser une nouvelle marque. Le navigateur espagnol Hernando de Soto avait en effet découvert en 1541 le fleuve Mississippi. Le nom et la voiture plurent tant au public que la 100.000e tomba de chaîne 14 mois plus tard... L'adoption du style "Airflow" fut par contre moins heureuse. Au fil des ans, les De Soto se rapprochèrent en ligne et en prix des Chrysler, au point que leur production fut jugée superflue en novembre 1960, après la sortie de quelque 3 000 modèles "61". Utilisant la caisse et la mécanique des Plymouth contemporaines, la série Diplomat était réservée à l'export.

En 1959, le pilote argentin Alejandro de Tomaso s'installa à Modène pour y construire des voitures de course, surtout des monoplaces de Formule 1, F2 ou Junior. Il présenta ensuite divers prototypes de sport, notamment la Vallelunga à moteur arrière Ford 1.500 cm3 (1963) mais son premier modèle vraiment commercialisé fut la Mangusta de 1968. En 1971, la Pantera reprit le même schéma - moteur V8 en position centrale - mais la berline Deauville et le coupé Longchamp sont de conception (et de ligne) beaucoup plus classiques. Entre 1969 et 1975 l'entreprise fut contrôlée par Ford mais retrouva ensuite son autonomie.

Site internet

Les premières Delage (1905) étaient des petites "mono" à moteur De Dion mais les productions s'étoffèrent au fil des ans pour devenir de fort élégantes, voire luxueuses, 6 et 8 cylindres. Reprise par Delahaye en 1935, la marque s'éteignit en 1954.

Commençant ses activités automobiles en 1895, Delahaye fut réputé pour ses voitures d'un classicisme "bourgeois" et ses véhicules d'incendie. A partir de 1935, la marque orienta sa production vers les grandes routières et, s'intéressa à la compétition, ce qui l'amena à élargir sa gamme vers des modèles à caractère sportif souvent élégamment habillés. Après 1945, ses châssis furent les plus utilisés par les carrossiers français (et quelques étrangers), mais leur technique dépassée et leur coût n'étaient plus concurrentiels en 1954 lorsqu'elle cessa sa production.

Site internet

Cette entreprise de chaudronnerie lourde aborda le marché automobile en 1904 et y acquit rapidement un grand prestige, grâce à des commandes de la Cour Impériale de Russie notamment. Après 1918, ses grosses voitures de maître cédèrent progressivement le pas à des modèles plus modestes, mais de technique raffinée (arbre à cames en tête). En dépit - ou à cause ? - de leur fabrication soignée, ils furent handicapés par une image de marque vieillotte et durent être abandonnés. La firme végétera jusqu'en 1949, en utilisant des moteurs américains six ou huit cylindres (Continental), puis des éléments Mercedes, y compris les châssis.

Devon Motorworks est une  maison de design industriel basé en Californie. Fondée en 2008 par l'entrepreneur Scott Devon qui présente en 2009 au Pebble Beach Concours d’Elegance la Devon GTX .

Site internet

DFP

Créée en 1906 par Doriot et Flandrin, auxquels vint se joindre Parant peu après, cette marque de Courbevoie a suscité maintes plaisanteries sur ses initiales, mais elle a bénéficié d'une certaine notoriété avant et après la Grande Guerre. Son principal titre de gloire lui vient de son importateur au Royaume-Uni, W.O. Bentley qui en tiré des voitures de compétition titrées à Brooklands et au Tourist Trophy notamment. Le Bol d'Or 1928 est également à son palmarès, mais à cette époque la production de voitures de tourisme (à moteur Chapuis-Dornier, CIME, Altos ou Sergant) était pratiquement terminée.

L'ingénieur danois Jorge Rasmussen (1878-1964) avait une fabrique de détonateurs qu'il reconvertit en 1919 pour la construction de petits moteurs à deux temps. A l'origine il s'agissait de jouets, qui devinrent des propulseurs pour bicyclettes puis de vraies motos. La reprise de la petite firme S.B. marquera le passage (réussi) aux "4 roues". En 1932 sera constitué le groupe Auto Union dont D.K.W. sera la marque populaire, avec près de 50.000 voitures produites en 1939. Ses usines étant en zone "est", Auto Union se replia à Düsseldorf et continua la fabrication de D.K.W. à moteur 2 temps jusqu'en 1966.

Site internet

Les frères John et Horace Dodge, qui avaient gagné beaucoup d'argent comme sous-traitants puis associés de Ford, lancèrent fin 1914 une voiture sous leur marque. Moderne, robuste et bien construite, ce fut un succès immédiat, Dodge devenant le deuxième constructeur américain en 1920. En 1928, la firme fut rachetée par Chrysler qui en fera son "milieu de gamme". Sur les marchés d'exportation la marque Dodge aura aussi une grande renommée, appuyée par ses camions et engins militaires, et sera la seule représentante du groupe Chrysler dans certains pays. Des modèles Plymouth seront également commercialisés sous le nom de Dodge Special ou Kingsway.

Site internet

Marque d'automobile néerlandaise fondée par Joop Donkervoort en 1978.

Spécialisé dans la construction de voitures de sport ultra légère.

Site internet

Marque née en 1924 à la suite du rachat de la vieille firme franco-suisse Z.L. (Zurcher et Lüthi) par Jérome Donnet. Le nom "Zedel" disparaît à partir de 1927, la gamme s'appuyant désormais sur deux 4 cylindres 7 et 11 CV, suivies par une 6 cylindres légère et une éphémère bicylindre 2 temps (ex-Deguingand alias Sima Violet). La firme ne survécut pas aux conséquences de la crise de 1929, endettée par la construction de son usine de Nanterre qui deviendra le berceau de Simca.

Site internet

Marque américaine de grand luxe, créée en 1919 par Paul Du Pont, apparenté à la famille Du Pont de Nemours et construite avec grand soin à Wilmington, Delaware. Ses moteurs proviennent pour la plupart de spécialistes extérieurs (Herschell-Spillman, Wisconsin, Continental), mais la marque se distingue surtout par l'élégance voire l'extravagance de ses carrosseries, signées Waterhouse, Merrimac ou Derham, et choisies par de nombreuses vedettes de cinéma. Comme à beaucoup d'autres, la crise de 1929 lui fut fatale et la production fut abandonnée en 1932.

La plus arrogante, la plus puissante, la plus chère... tous ces superlatifs peuvent s'appliquer à la Dussenberg J - encore mieux à la SJ à compresseur - c'est bien ainsi qu'elle avait été imaginée par E.L. Cord et conçue par les frères Duesenberg. Ces derniers s'étaient forgé une belle réputation dès 1914 avec leurs moteurs de course à 4 puis 8 cylindres, mais le célèbre "double arbre" de la J fut construit par Lycoming, autre membre du groupe Cord. Seulement 480 exemplaires de la série ont été produites en dix années contre plus de 600 Model A de 1920 à 1928, mais la doyenne est éclipsée...

William Crapo Durant, le fondateur de la General Motors, eut brièvement une marque à son nom sur une voiture de grande diffusion, vendue à plus de 100 000 exemplaires en moins de deux ans. Mais une politique financière hasardeuse allait le conduire rapidement à sa perte, et la crise de 1929 lui porta un coup fatal : la dernière usine ferma ses portes au début de 1932. L'empire Durant comprenait également au milieu des années vingt les marques Star (modèles économiques) et Flint (modèle haut de gamme), tandis que certaines étaient exportées dans les pays du Commonwealth sous la marque Rugby.

Site internet

Edsel restera dans l'histoire comme synonyme de fiasco... sur le plan du marketing surtout. Elle reprenait le prénom du fils unique d'Henry Ford, mort en 1943, et devait être plus luxueuse qu'une Ford, mais moins chère qu'une Mercury. A l'époque où la discrétion n'était pas de mise, elle se voulait originale avec une calandre en forme de collier : était-ce de trop pour la clientèle ? Les ventes n'atteignirent jamais les objectifs, en dépit de la présence d'une 6 cylindres pour 1959. La production fut arrêtée en novembre 1959, après la sortie de 2.846 modèles 1960 qui n'étaient guère que des Ford Galaxie légèrement retouchées.

Site internet

Marque anglaise fondée par Frank Nichols en 1955 pour la production de voitures de sport et de compétition, dont le slogan "she goes" était en fait un calembour bilingue... Présenté en 1958, le petit roadster Courier connut plusieurs évolutions : châssis tubulaire à partir de 1961 puis à caisson, suspension indépendante sur les derniers exemplaires. Le chant du cygne de la marque, reprise par Trojan en 1961 puis par Ken Sheppard Sports Cars en 1965, sera une intéressante GT à moteur central BMW, présentée au Salon de Londres 1964 mais restée sans suite.

Site internet

EMW

Marque apparue à la fin des années 40, à la suite de la reprise par les organismes d'Etat des anciennes usines BMW d'Eisenach, situées alors en zone orientale. Ses modèles étaient repris des BMW d'avant-guerre, à quelques détails près, comme le remplacement de la couleur bleue de l'écusson par le rouge... Ils furent aussi vendus à l'Ouest, notamment en Belgique et aux Pays-Bas.

Site internet

L'une des plus connues "néo-classiques" ou "répliques" américaines est née en 1965 de l'idée du styliste Brooks Stevens, inspiré par la Mercedes SS de la fin des années vingt. A l'origine basée sur une mécanique Studebaker, elle utilise depuis le début de la production un moteur Chevrolet. Quant à la "35 X" d'inspiration Bugatti mais motorisée par Opel, elle n'a pas été réalisée outre-Atlantique, mais en Italie pour le compte d'une société basée à Monaco.

Site internet

Les Forges et Ateliers de Construction d'Eure-et-Loir se lancèrent en 1954 dans la production de voitures de luxe rapides à moteur V8 Chrysler. Cinq ans après sortit une petite sportive dotée d'un "double arbre" français, remplacé ensuite par un Volvo, puis un B.M.C 6 cylindres... Au total 3.033 Facel auront été montées. La firme fut liquidée début 1965.

Site internet

Marque anglaise créée en 1952 par l'officier aviateur Donald Bennett, dont l'œuvre sera poursuivie par son fils Torix jusqu'à la fin des années 70. Toujours à connotation sportive, les Fairthorpe se distinguent par une esthétique originale, à la limite du bizarre, et par une grande variété de motorisations.

Site internet

En vertu d'un contrat le liant avec Alfa Romeo, la première voiture conçue (en 1940) par Enzo Ferrari ne portait pas son nom, mais la marque "Auto Avio Costruzioni". C'est seulement en 1947 que le célèbre "cavallino" sur fond jaune apparut sur un capot : celui de la 125 S. destinée à la compétition en catégorie "sport". Celle-ci avait déjà un moteur 12 cylindres, formule retenue pour toutes les productions "routières" de Maranello jusqu'à la sortie de la Dino 206 GT en 1966. Noblesse de la mécanique, pérennité de la tradition sportive, personnalité de feu le Commendatore... l'ensemble est devenu quasi mythique.

Site internet

Fondée en 1899, la Fabricca Italiana di Automobili-Torino produisit quelques bicylindres puis, en 1903, de gros 4 cylindres de luxe. Une participation intensive aux compétitions assura le renom de la marque, et les commandes militaires en firent, dès 1914, une des principales entreprises italiennes. La première FIAT de grande diffusion fut la 501 (1,5 l) de 1919, mais c'est en 1925 seulement que sortit un petit modèle économique : la 509. En France une usine créée par H.T. Pigozzi en assurait le montage. Les "Fiat françaises" devinrent des Simca en 1935, celles de Turin réapparaissant de ce côté-ci des Alpes seulement vers 1952.

Site internet

Né en 1908 sous le signe du Scorpion qu'il choisira comme emblème, Carlo Abarth pilota des motos, prépara et fit courir des Cisitalia, fabriqua des équipements "performance" (dont les célèbres échappements "marmitta") avant de devenir constructeur à part (presque) entière. Un accord avec Fiat lui permit en effet de disposer de caisses de 600 pour transformation en redoutables engins de sport. Il en fut dérivé toute une lignée d'engins de compétition, certains basés sur des éléments Porsche ou Simca. Les Fiat 500 et 850 furent également "ensorcelées" par Abarth jusqu'à son intégration au groupe Fiat en 1971.

Site internet

Constructeur automobile américain créé en 2007. Le premier véhicule produit est la Fisker Karma, premier véhicule hybride rechargeable. 

 

Site internet

Créé le 16 juin 1903 par Henry Ford, la Ford Motor Company connue le succès en 1908 avec la célèbre Ford T, modèle vendue à plus de 15 millions d'exemplaires dans le monde.

 

Site internet

En 1926, s'ouvre à Berlin une usine de montage pour le modèle T, remplacé en 1928 par le modèle A. La production sera transférée à Cologne courant 1931. Les premières voitures (A, B et V8-18) étaient semblables aux Ford américaines (ou françaises). Avec la Köln, les Ford allemandes vont se distinguer de leurs sœurs, surtout au niveau carrosserie, avec une floraison de cabriolets. Seule la Taunus 1,2 l (à soupapes latérales) sera reprise après 1945, suivie de modèles de plus en plus étoffés, mais ce n'est qu'en 1964 que sortira une "six cylindres" (en V) baptisée Taunus 20 M. Ford Cologne sera la première filiale à se rallier à la traction avant.

Site internet

La première Ford T achevée en France à Bordeaux date de 1909, mais on ne peut parler de "chaîne d'assemblage" avant 1916. En 1924, une "Ford Bordelaise", à châssis surbaissé, y est fabriquée pour le seul marché français. L'activité est transférée à Asnières en 1928 avec la sortie du modèle A, surtout vendu en version AF à cylindrée réduite (12 CV au lieu de 19). L'usine d'Asnières verra aussi le montage des V8 jusqu'à l'accord avec Mathis en 1935, et celui des 6 ou 7 CV d'origine anglaise. A partir de 1941, la production reprend à Poissy sous la marque Ford, jusqu'à la reprise par Simca fin 1954.

Site internet

La première usine anglaise de Ford fut installée en 1911 à Manchester pour le montage du Model T, puis du Model A, mais c'est en 1932 avec la mise en service de Dagenham que la production sera autonome. A côté des "B" et "V8", sortira la "Y" ou 8 HP, très populaire. Elle aura une longue descendance, puisque le petit moteur à soupapes latérales sera toujours construit en 1962 ! Jusqu'à la fin des années 60, les Ford britanniques garderont leur originalité, au moins visuelle, mais l'arrivée de l'Escort marquera le début de l'uniformité de la gamme de chaque côté de la Manche.

Site internet

Passionné dès son plus jeune âge par la mécanique, Henry Ford (1863-1947) construisit son premier "quadricycle" en 1896 puis fut associé en 1899 à l'éphémère Detroit Automobile Co. La Ford Motor Company fut fondée en 1903 et parvint dès 1905 à produire 25 véhicules par jour. Vingt ans plus tard, le Model T dépassera les 9.000 unités quotidiennes... En 1932, Ford lança le premier moteur "V8" de très grande diffusion, mais attendit 1941 pour revenir au 6 cylindres après la décevante "K" de 1905. Ford disputera à Chevrolet la première place sur le marché mondial avant l'arrivée des Japonais.

Site internet

Fornasari est un constructeur automobile italien qui a été créé en 1999 par Giuseppe Fornasari . L'entreprise fabrique des voitures de sport et véhicules utilitaires sport .

Site internet

André Marcadier est un constructeur automobile artisanal qui exerça au début des années 1960 jusqu'à la fin des années 1990. Il s'associa en 1963 avec Marcel Fournier pour produire sous la marque Fournier-Marcadier la première voiture de sport française en kit : la barquette FM 01. En 1970, André Marcadier continue seul la production d'automobiles : 16 modèles seront créés et on estime à 600 kits l'ensemble de la production de la marque lyonnaise.

Site internet

Marque fondée en 1902 à Syracuse, Etat de New York par l'ingénieur John Wilkinson avec l'appui de l'industriel Herbert H. Franklin. Sa caractéristique essentielle était le refroidissement par air, une technique maintenue jusqu'à l'arrêt de la production en 1934, même sur les plus luxueux modèles à 12 cylindres en V. La qualité de fabrication des Franklin a longtemps été citée en exemple...

Site internet

Aucun rapport avec les deux marques américaines, puisque "Frazer" était le second prénom d'Archibald Nash (1889-1965) qui le fera ajouter à son nom de famille en 1938. Associé dans l'entreprise GN, il fonde sa propre marque en 1922, se consacrant aux voitures de sport et de compétition caractérisées par leur transmission à chaînes et motorisées par Plus-Power, Anzani, Meadows ou Blackburne. Reprise par H.J. Aldington en 1931, l'entreprise AFN distribue à partir de 1934 les BMW sur le marché anglais   de ces accords dériveront après la guerre les Bristol. Au cours des années cinquante, des voitures de sport ou de compétition seront fabriquées à l'unité avec des moteurs Bristol améliorés, plus deux à moteur V8 BMW.

Site internet

FSO

La Fabryka Samochodów Osobowych (FSO, littéralement : usine de voitures particulières) est un constructeur automobile polonais, fondé en 1947. Le premier véhicule sort en 1951 et c’est en 2002 que s’arrête la production des vraies « FSO »
Appartenant désormais au groupe ukrainien AvtoZAZ, l’usine assemble des Chevrolet Aveo pour le compte de General Motors.

Geely est un constructeur automobile chinois fondé par Li Shufu dans les années 1990. En 2009, c'est le plus grand constructeur automobile chinois à capitaux privés.
Le 8 août 1998 (le 8 étant un chiffre porte-bonheur en Chine), Li Shu Fu présenta sa première voiture, la Merrie. Il s'agit d'une Xiali TJ7300 (elle-même dérivée de la Daihatsu Charade) redessinée et équipée d'une calandre imitant les voitures Mercedes-Benz Classe C.

 

Site internet

GEM

Fondée en 1992 et détenue par le groupe Chrylser, GEM est un fabricant américain de véhicules électriques.

 

Site internet

La vie de cette marque à la fière devise "la voiture de l'élite" peut se résumer en trois époques : 1) La "2 litres" 4 cylindres des années 20, sportive et luxueuse, concurrente des Ballot et Bignan, suivie d'une éphémère 17 CV, 6 cylindres. 2)Les confidentielles 6 et 8 cylindres à moteur américain de la période de crise. 3)Les petites sportives à traction avant, équipées de moteurs Ruby puis Citroën.

Site internet

Le carrossier italien, dont la marque appartient aujourd'hui à Ford, a commercialisé sous son nom quelques modèles spéciaux ou de demi-série, sur des mécaniques Fiat ou Chrysler.

Site internet

Fondée en 1958 et disparue en 1973, cette entreprise anglaise est toujours restée fidèle à sa région d'origine, le Pays de Galles, et à son écusson représentant un griffon... Sous une carrosserie en matière synthétique se cache des mécaniques MG (Midget ou MG B) puis Ford (Zodiac V6). Le nom de la marque est la contraction des prénoms de ses fondateurs : Giles Smith et Bernhard Friese.

Site internet

Marque anglaise créée en 1957 par les frères Walklett, débutant avec une voiture de sport très basique dans l'esprit de la Lotus Seven, vendue le plus souvent en "kit" à assembler soi-même, puis évoluant vers des définitions mécaniques de plus en plus sophistiquées. C'est l'une des rares entreprises spécialisées à avoir passé le tournant du siècle...

Site internet

La firme bavaroise Hans Glas G.m.b.H. fabriqua d'abord des engins agricoles puis des scooters (Goggo en Allemagne ou Isaria à l'exportation). Les temps changeant, elle s'adapta en sortant une mini-voiture à moteur arrière 2 cylindres, 2 temps, suivie d'une jolie version coupé. Le moteur 4 temps et la traction avant seront adoptés pour l'Isar (ou Isard pour la France) en 1958. Les modèles suivants seront de plus en plus performants, grâce aux possibilités du moteur 4 cylindres à arbre à cames en tête (commandé par courroie crantée) sorti en 1962. Un V8 en dérivera même... mais cette entreprise familiale devenue fragile dut accepter d'être reprise par B.M.W.

Site internet

GM

General Motors est un constructeur automobile américain basé à Détroit dans le Michigan, aux États-Unis, qui contrôlait encore une quinzaine de marques à la fin des années 1990.
La société a été fondée en 1908 par William Crapo Durant. Son successeur Alfred P. Sloan en a fait le plus grand fabricant automobile au monde entre 1931 et 2005.

Site internet

GMC

En 1901, Max Grabowski crée une entreprise appelée The Rapid Motor Vehicle Company, qui développe les tout premiers camions commerciaux jamais conçus. Ces camions utilisent des moteurs à un cylindre. En 1909 cette entreprise est rachetée par General Motors pour former la branche General Motors Truck Company, de laquelle GMC est dérivée.

 

Site internet

Ce nom fut donné par Carl Borgward à ses petits utilitaires à trois roues, très répandus en Allemagne. Un modèle de tourisme en dériva en 1931 sous le nom de Goliath Pionier : c'était un petit coupé à moteur arrière 2 temps monocylindre, construit à 4.000 unités environ. Avec une roue et un cylindre supplémentaires, il devint la Hansa 400 (puis 500). Le nom Goliath revint sur le marché en 1950 sur une voiture légère à traction avant, équipée d'un bicylindre 2 temps. Ce fut, en 1953, la première voiture de série livrable avec injection directe, technique qui devait cependant être abandonnée pour la 1100 (4 cylindres, 4 temps). Cette dernière fut rebaptisée Hansa en 1958.

Gordini est une société fondée par Amédée Gordini, spécialisée dans la préparation d’automobiles principalement des marques Renault et Simca. La marque « Gordini » est la propriété de Renault depuis 1969.

D'une rencontre entre John Gordon et Jim Keeble en 1959, naquit une Gordon présentée au Salon de Genève en 1960.

100 exemplaires furent produits entre 1963 et 1967.

Site internet

Les trois frères Graham abandonnèrent la production de camions au profit de Dodge en 1926 et se tournèrent vers l'automobile en rachetant la société Paige-Detroit, en difficulté malgré la bonne réputation de ses voitures. Une gamme très large de modèles à 6 ou 8 cylindres, tous à soupapes latérales, fut présentée en janvier 1928 sous la marque Graham-Paige, puis simplement Graham en 1930. L'adoption des ailes à jupes pour 1932 fut à l'origine de cette mode, mais le style agressif de la "Sharknose" de 1938 plut beaucoup moins en Amérique qu'en Europe. Comme Hupmobile, Graham reprit la caisse de la Cord 810 pour ses ultimes modèles.

Site internet

Constructeur automobile chinois fondé en 1976

Site internet

Sans lien de parenté avec Jean-Albert Grégoire, chantre de la traction avant, Pierre-Joseph Grégoire lança en 1902 une marque portant son nom, construite dans une usine de Poissy d'où sortiront également certaines automobiles Bellanger et Dumont. D'un unique modèle monocylindre, la gamme se développera rapidement, avec des moteurs à 2, 4 et 6 cylindres. L'apogée de la marque se situe entre 1910 et 1914, avec un catalogue fourni comprenant d'imposantes carrosseries “de voyage” et des modèles de course, mais la reprise après la Grande Guerre sera plus difficile, la production étant abandonnée dès 1923.

Site internet

Fondé en 2001 par Roland Gumpert ancien président d'Audi Sport, le constructeur allemand a produit une supercar, l'Apollo.

Site internet

La "Hannoversche Maschinenbau A.G." fondée en 1835, était connue pour ses matériels lourds (chaudières, moteurs fixes, locomotives) avant d'aborder le domaine automobile avec une très petite voiture à moteur arrière, qui fera place à des modèles plus grands mais plus conventionnels. Au cours des années trente, Hanomag développera des petites et moyennes cylindrées de grande diffusion, dont une version diesel. Le Salon de Paris les accueillera à plusieurs reprises. Les hostilités imposeront l'arrêt des productions civiles. Elles ne seront pas reprises après 1945, et seuls des camions quitteront Hanovre avec le "H" ailé sur la calandre.

La marque Hansa est apparue vers 1906 sur des voitures 4 cylindres, souvent à tendance sportive, puis est devenue Hansa-Lloyd après une première fusion en 1914. La marque Hansa fut reprise sur les modèles légers et moyens dans les années vingt, à côté de grosses Hansa-Lloyd de luxe très peu vendues. En 1929, l'entreprise en difficulté fut rachetée  par Carl Borgward, alors constructeur des Goliath, utilitaires (à 3 roues)  très répandus. Une gamme renouvelée à moteur américain n'aura guère  de succès, mais la jolie 1100, sortie en 1934, se vendra très bien. La marque Hansa s'effacera devant le nom Borgward après-guerre, mais sera "ressuscitée" en 1958 avant de s'éteindre définitivement en 1961.

Pilote de renom, vainqueur notamment du Rallye de Monte-Carlo 1931 sur Invicta, Donald Healey crée sa propre marque en 1946, utilisant un moteur Riley sur une voiture à hautes performances. Ses projets suivants font appel à des mécaniques Nash (voir sous ce nom), Alvis puis Austin. A la suite d'accords signés au Salon de Londres 1952, il s'agira ensuite d'Austin-Healey.

Constructeur américain spécialisé dans la modification de supercars. Fondée en 1991 par John Hennessey

Site internet

Les premières Hillman furent de très grosses voitures de luxe conçues par l'ingénieur français Louis Coatalen, mais la marque ne connut une certaine diffusion qu'à partir des années 20. La firme sera réunie avec Humber en 1928 au sein du groupe Rootes, et se taillera une part non négligeable du marché avec l'économique et robuste Minx (lutin). Ce nom était toujours utilisé dans les années 70, mais la marque Hilman n'était plus présente à cette époque qu'en Grande-Bretagne, ses produits étant ailleurs baptisés Sunbeam... qui devra s'effacer devant Chrysler, puis Talbot.

Site internet

Fondée en 1904 à Barcelone par un Suisse nommé Marc Birkigt, la société Hispano-Suiza installa une usine dans la banlieue parisienne en 1911. Grâce à l'expérience et  à la renommée acquises par ses moteurs d'avion, elle lança en 1919 une voiture de grande classe, la 32 CV type H6, aussi digne en habit de ville qu'en tenue de sport. La 46 CV qui en dériva accentua encore cette double personnalité, avant de s'effacer devant la très luxueuse J12, à moteur 9 ou 11 litres ... La clientèle de ces "monstres sacrés" se raréfiant, la firme présenta des 6 cylindres plus modestes, puis abandonna l'automobile pour l'aviation et les moteurs diesel. 

Site internet

GM Holden Ltd est un constructeur automobile australien. La société démarre en tant que fabricant de sellerie en 1856. En 1908, elle change d'activité et entre dans le domaine automobile, avant de devenir une filiale du groupe américain General Motors en 1931. Après être devenue une filiale de GM, la société fut nommée General Motors-Holden's Ltd puis Holden Ltd en 1998 et pris son nom actuel en 2005.

Site internet

Hommell est une marque automobile française dont l'usine était située à Lohéac, dans l'Ille-et-Vilaine, sous la direction de Michel Hommell.
Possédant déjà à Lohéac le Manoir de l'automobile, célèbre musée automobile, il installe son usine dans l'ancienne laiterie du village en 1990. Deux ans plus tard, au Mondial de l'automobile de Paris, il présente son premier modèle, la berlinette Échappement.

 

Site internet

Après des débuts extrêmement modestes - le montage de moteurs auxiliaires sur des bicyclettes - Soichiro Honda devint, en quelques années, le plus important constructeur de deux-roues au monde. En 1962, il présenta une petite voiture sportive à 4 cylindres qui avouait son hérédité "moto" avec sa transmission par chaînes, mais qui reçut bientôt un pont classique et un remarquable moteur à double arbre à cames en tête. Elle était accompagnée d'une amusante voiture de ville avec un bicylindre refroidi par air, une boîte à crabots et la traction avant. Un coupé de ligne originale baptisé Z utilisera la même mécanique.

Site internet

August Horch (1868-1951) construisit sa première automobile - bicylindre - en 1900 et entreprit la production de 4 cylindres dès 1903. L'entreprise se développa encore après le départ de son fondateur (qui allait créer Audi) ainsi, en 1915, le catalogue Horch se composait de 8 modèles de 1,6 à 8,4 litres. Les 4 cylindres seront abandonnés en 1926 quand sortira une "8 en ligne" à double arbre à cames en tête étudiée par Paul Daimler (fils de Gottlieb). Horch ne produira plus désormais que des huit cylindres (en ligne ou en V) - une éphémère V12 exceptée. Au sein du groupe Auto Union, Horch sera la marque de prestige, rivale des Maybach et des Mercedes.

Fondée en 1875 à Saint-Denis par un américain nommé Benjamin Hotchkiss, cette usine d'armement se diversifia en 1904 dans l'automobile de grosse cylindrée. Les modèles ultérieurs seront de dimensions plus réduites, mais leur réputation de sérieux et de robustesse légitimera le slogan de la marque "le juste milieu". Modestie qui cache de notables performances : 6 victoires au Rallye de Monte-Carlo. Tout comme ses rivales Delahaye et Talbot, la firme ne put s'adapter aux conditions économiques des années 50   ni ses modèles (très) classiques, ni la moderne mais coûteuse Grégoire ne survécurent à la fusion avec Delahaye et au recentrage sur les utilitaires.

Site internet

HRG

Halford, Robins et Godfrey (le "G" de GN), passionnés de compétition,unissent leurs efforts en 1935 pour produire en petite série des voitures de sport "pures et dures" animées par des moteurs Meadows à culbuteurs, puis par des moteurs Singer à arbre à cames en tête. La marque survivra jusqu'en 1956, avec un modèle pratiquement identique à sa production d'avant-guerre...

Roy Chapin et Howard Coffin, anciens de chez Oldsmobile, purent fonder en 1909 une nouvelle entreprise financée par Joseph Hudson, magnat des grands magasins de Detroit. La firme allait connaître une expansion très rapide et se spécialiser dans les moteurs à soupapes latérales de forte puissance utilisés jusqu'en 1956. En 1919, une gamme économique à 4 puis 6 cylindres fut lancée sous le nom d'Essex, puis de Terraplane en 1932, avec un grand succès à l'exportation. En dépit d'un palmarès flatteur, Hudson ne survécut pas longtemps à la fusion avec Nash : seules les Rambler furent sauvées.

Site internet

Humber est une des plus anciennes marques britanniques, ayant débuté par des bicyclettes en 1868, passant ensuite aux motos et tricycles. Les premiers modèles furent équipés de monocylindres De Dion, mais un large choix de 4 cylindres était catalogué dès 1904. Les Humber seront toujours des voitures robustes et bien finies, mais techniquement banales. Au sein du groupe Rootes, ce sera la marque "bourgeoise", grand fournisseur de limousines à l'armée... et aux pompes funèbres. Le dernier modèle à porter le nom sera la Sceptre, dérivée de la Hillman Hunter et exportée sous le nom de Sunbeam.

Hummer fut une marque automobile appartenant au groupe automobile américain General Motors (GM). Il s'agissait d'une série de véhicules utilitaires sportifs dérivée du véhicule tout-terrain militaire Humvee. Après les déboires financiers de GM en 2008, la marque a été mise en vente. Le groupe chinois Sichuan Tengzhong Heavy Industrial Machinery avait conclu l'achat pour le 9 octobre 2009, sous réserve de l'approbation des autorités chinoises. Cependant, ces dernières furent réticentes à donner leur accord. Le 24 février 2010, General Motors annonça l'échec de la vente et la disparition de la marque.

Site internet

Robert Craig Hupp construisit en 1908 une voiture légère à 4 cylindres qui fut aussitôt produite en série. Hupp quitta dès 1911 une société en pleine expansion, culminant en 1928 avec la reprise de Chandler-Cleveland. Quand survint la crise, Hupmobile se trouva cependant en difficulté, sa gamme se composant de trop nombreux modèles à 6 ou 8 cylindres, sans grand écart de prix. L'originale Aérodynamic de 1934 ne sauva pas une firme en proie à des conflits entre actionnaires, au point de cesser toute activité pendant une année. La production reprit en 1938, mais les ultimes Hupmobile sortirent de chez Graham avec la caisse Cord !

Site internet

Hyundai est une firme coréenne fondée en 1947 par Chung Ju-yung dédiée à l'entretien automobile et à la construction lourde. Le groupe est aujourd’hui active dans de nombreux secteurs : automobile, construction navale, militaire, électronique (écrans plats notamment).

 

Site internet

IFA

Sous ce nom représentant le sigle d'une entreprise d'état ont été produites (et exportées) de 1948 à 1956 des voitures reprenant les conceptions DKW, moteur deux-temps et traction avant, construites en Allemagne orientale dans les usines de Zwickau ou d'Eisenach. Elles seront ensuite remplacées par les Wartburg.

Adrien Piedboeuf commença en 1904 la construction d'automobiles auxquelles il donna le nom d'Imperia en souvenir de la ville d'Aix-la-Chapelle où il avait fait ses débuts. Avec le rachat des usines Springuel, la firme devint une des plus renommées usines belges. En 1913 un commanditaire espagnol lui fit réaliser une copie  (et rivale) de l'Hispano-Suiza : l'Abadal. Imperia se consacra ensuite aux moteurs sans soupapes, puis fabriqua sous licence les Adler à traction avant. En 1935, Imperia s'alliera avec Minerva, alors en difficulté. La production stoppera en 1948 au profit de l'assemblage des Standard "Vanguard" britanniques.

Site internet

En 1926, Chrysler baptisa "Imperial" un nouveau modèle qui s'attaquait au marché des voitures de luxe et garda par la suite cette appellation pour sa série de prestige. Le millésime 55 vit Imperial élevée au rang de marque autonome, le millésime 75 marqua son abandon. Techniquement très voisines des grosses Chrysler, les Imperial se distinguèrent par leur finition plus raffinée, et par quelques audaces de style : phares et feux rouges détachés de la carrosserie, fausse roue sur le coffre... La griffe Le Baron évoquant les grands carrossiers de la période "classique" leur sera aussi réservée.

Site internet

Infiniti est la marque sous laquelle l'Alliance Renault-Nissan commercialise des automobiles premium. La commercialisation d’Infiniti a officiellement débuté le 8 novembre 1989 aux États-Unis, et son activité internationale s’est depuis étendue.

Site internet

Cette importante firme métallurgique oeuvra pour la motorisation de masse dans les années 50 en construisant le scooter Lambretta, puis se tourna vers l'automobile en signant un contrat de licence avec B.M.C. Elle monta ainsi certains modèles Austin adaptés pour le marché italien (A40, 1100, Mini, Allegro...) Certaines furent vendues en France par le réseau Austin puis Leyland, notamment le petit Spyder qui n'est autre qu'une Sprite recarrossée chez Osi sur un dessin de Ghia. En 1975, Innocenti présenta une Mini "à l'italienne" habillée par Bertone   l'année suivante l'entreprise allait être intégrée au groupe De Tomaso, et le moteur anglais abandonné en 1982.

Site internet

Succédant aux Apollo, ces voitures sportives marient une carrosserie italienne et une mécanique américaine, d'origine Buick ou Ford.

Site internet

Noel Macklin débute en 1925 la production de voitures "grandes routières" de haute qualité dans l'enceinte même de sa propriété "Fairmile" à Cobham dans le Surrey. De très puissantes voitures à moteur Meadows ou Blackburne (ce dernier à arbre à cames en tête) seront produites jusqu'en 1934, s'illustrant notamment au Rallye de Monte-Carlo aux mains de Donald Healey. Une tentative infructueuse de relancer la marque se fera en 1937, avec des éléments Talbot-Lago, mais sa renaissance après-guerre sera de courte durée, avec une très complexe donc très chère voiture de luxe à moteur "double-arbre" Meadows et transmission automatique Brockhouse.

ISO

En 1939, Renzo Rivolta installe une usine de produits isolants et dépose la marque "Isothermos"... mais quitte ce domaine après la guerre en faveur des deux roues, et présente en 1953 la version originale de l'Isetta. L'entreprise se reconvertit une fois encore en 1962 en abordant le marché des voitures de grand tourisme, avec un moteur V8 Chevrolet sous une robe signée Bertone. Avant de fonder sa propre marque, l'ingénieur Bizzarrini en dérivera un coupé à très hautes performances baptisé Grifo. Une berline quatre portes complétera la gamme, mais en 1973, les nouveaux dirigeants imposeront le recours aux mécaniques Ford, peu avant l'abandon.

En 1900, Cesare Isotta s'associa avec les deux frères Fraschini, Oreste et Vincenzo, dans le but de fabriquer des monocylindres inspirés des Renault. Pour se faire connaître du public, ils lancèrent un ambitieux programme de compétition utilisant un très gros 4 cylindres à arbre à cames en tête. Dès 1905, la firme ne produisait plus que des 4 cylindres, de 1,4 à 11,6 l de cylindrée (!), renommées pour leur fabrication soignée. La marque devait connaître son apogée dans les années vingt avec une très luxueuse "huit en ligne"", et des clients célèbres tel Rudolf Valentino....Après 1935, l'usine se consacra aux moteurs diesel, malgré une ambitieuse V8 à moteur arrière présentée en 1947.

Site internet

Constructeur automobile japonais spécialisé essentiellement dans la production de véhicules utilitaires 4x4, et de camions de poids légers.
Les origines de la firme remontent à 1893, année de la création de la toute première société, la Tokyo Ishikawajima Shipbuilding & Engineering Company Limited. Au début la firme construisait des navires, mais elle abandonne rapidement cette activité. La première voiture de tourisme produite par Isuzu a été réalisée en partenariat avec le constructeur britannique, Wolseley Motor Limited. Isuzu est aussi un constructeur de moteurs diesel, avec des puissances de 7 à 650 chevaux, pour diverses applications commerciales : tondeuse à gazon, chariot élévateur, génératrice, petit bateau. Isuzu compte parmi sa clientèle les marques Opel, Saab et Renault.

Site internet

JAC

constructeur automobile chinois appartenant à l'État. 

Site internet

La marque Jaguar existe depuis 1945 seulement, mais ce nom était apparu dix ans plus tôt sur les berlines SS 1,5 et 2,5 l. Elégance, raffinement, bonnes qualités routières pour un prix modéré les distinguaient déjà et cela restera l'éthique "maison". Les performances s'y ajouteront à la sortie, en 1948, du fameux moteur XK à deux arbres à cames en tête monté jusqu'en 1986, et l'exclusivité avec le seul V12 "non latin" des années 70. Berlines de grand tourisme ou "sports cars" auront toujours une personnalité très marquée, auréolée d'un palmarès flatteur (5 victoires au Mans et 5 au Tour de France) sans oublier les succès esthétiques.

Site internet

Jeep est un constructeur automobile du groupe américain Chrysler lui-même appartenant au groupe italien Fiat Group.

 

Site internet

D'abord carrossiers, les frères Alan et Richard Jensen devinrent en 1936 constructeurs à part entière, mais à petite échelle. Leurs automobiles se sont toujours signalées par leur finition soignée, mais aussi par l'adoption de techniques de pointe : carrosseries en plastique en 1953, transmission intégrale en 1965... La Jensen-Healey à moteur Lotus n'aura pas cependant le succès escompté et la firme devra fermer ses portes au printemps 1976. En 1984, un groupe de fanatiques de la marque ont relancé la production (à l'unité) des Interceptor, en plus de la restauration des "anciennes".

Site internet

Économique et incassable, la Jowett bicylindre était très populaire dans l'Angleterre rurale des années 20-30. Elle n'avait rien d'un cyclecar, ses dimensions étant presque "familiales" mais elle connut aussi des exécutions sportives à deux carburateurs. En 1946, la firme présenta un modèle entièrement nouveau (mais toujours à cylindres opposés) : la Javelin. Bien conçue, moderne et spacieuse, elle se vendra très bien, mais des problèmes de sous-traitance auront raison d'une usine restée trop artisanale en 1954. Beaucoup moins diffusée, la Jupiter est mieux connue car elle a couru, notamment au Mans.

Site internet

En 1945, Henry J. Kaiser était riche et célèbre : de ses chantiers navals étaient sortis 1.490 "Liberty Ship" en trois ans... Son nouveau projet était de s'attaquer aux grands de Detroit avec une voiture de grande diffusion. Le prototype était  résolument moderne - coque autoporteuse, traction avant, suspension par barres de torsion - mais la version définitive reviendra à une structure conventionnelle. Malgré un bon départ, une esthétique originale et une finition raffinée, les Kaiser de tourisme disparaîtront du marché dès 1955. La version luxueuse Frazer aura une vie plus courte encore : quatre années   quant à la marque Kaiser, après un bref exil en Argentine, elle reviendra sur la scène associée au nom de Jeep, de 1963 à 1970 (voir ensuite AMC).

Site internet

Fondée en 1878 par Shozo Kawasaki, avec pour premier objectif de construire des bateaux en acier.
Dès 1907, Kawasaki fabrique des locomotives, des moteurs, des turbines à vapeur et se lance dans l’aéronautique (15 ans après le premier avion des frères Wright).
Grâce au plan Marshall, Kawasaki est relancée après la guerre et se sert de son savoir-faire pour construire des pétroliers, des sous-marins civils et des bateaux à fort tonnage, et construit ses premières motos en 1953 et des concept-car tel que la ZX-770 R Concept en 2011.

Site internet

Keinath est un constructeur automobile basé à Reutlingen , Allemagne possédé et exploité par Horst Keinath. L'entreprise a commencé par produire un convertible variante de l'Opel Monza , et la Vauxhall Cavalier Mark 2. 

KIA

Constructeur automobile Sud-coréen, créé en 1944 par M. Chul-Ho Kim pour fabriquer des composants pour bicyclettes. Le premier véhicule à deux roues le smacholli-ho est fabrqiué en 1952. 

En 1961 Kia lance sa première motocyclette, il faut attendre 1971 pour la fabrication d'automobiles sous la marque Asia Motors.

Site internet

Koenigsegg est un constructeur automobile suédois spécialisé dans les modèles sport de grand standing. La marque est créée en 1994 par Christian von Koenigsegg, à l'occasion du lancement d'un projet consistant à réunir dans une voiture grand tourisme, facilement utilisable en agglomération, toutes les capacités d'une Formule 1. Le designer choisi est David Craaford, dont le rêve est de fabriquer la parfaite supercar.

Site internet

KTM

La KTM X-Bow est le premier modèle automobile créé par le constructeur autrichien de motos KTM. Signifiant « arbalète » en français, le nom du modèle se prononce Cross-Bow. Conçue en collaboration avec Dallara, la X-Bow est équipée d'un moteur à quatre cylindres d'origine Audi, en l'occurrence celui équipant la compacte sportive S3.

Site internet

Cette entreprise de mécanique générale - installée place de la Buire, à Lyon - passa en 1904 de la sous-traitance à la production en nom propre, orientée vers les gros modèles de luxe à quatre puis à six cylindres. Des modèles plus légers (2 litres et moins) suivirent, et en 1914, La Buire ne fabriquait plus que des voitures de moyenne cylindrée, reconduites après 1918. Techniquement intéressantes (soupapes en tête, distribution par chaîne, frein sur différentiel) et construites avec le plus grand soin, elle ne connurent pourtant qu'une diffusion limitée, et la firme dut fermer ses portes en 1930.

En mars 1927, la General Motors lança une Cadillac un peu réduite et moins chère qui prit aussi un nom français : celui de Robert Cavelier de la Salle, qui reconnut le cours du Mississippi en 1682. Les La Salle furent toujours carrossées et finies avec recherche, par les soins de la division "Art and Colour" de la G.M., instaurée à cette époque, mais utilisèrent des éléments communs à d'autres marques du groupe. De 1934 à 1936, le moteur V8 céda la place à un "8 en ligne" de provenance Oldsmobile, mais le V8 revint en 1937. Accusée d'empiéter sur le marché des Cadillac, la marque fut abandonnée à la fin de la saison 1940.

Premier constructeur d'automobiles national russe, loin devant le deuxième GAZ. Initialement nommé VAZ la société a pris son nom actuel en 1993. 

Site internet

En 1904, un Américain, Wilbur Gunn, s'installa non loin de Londres pour construire des motos auxquelles il donna le nom d'une rivière de l'Ohio. Les premières voitures qui sortirent ensuite seront destinées à la Russie. La marque se fit connaître à la fin des années 20 par des "deux litres" sportives, puis par des 6 cylindres de grande classe auréolées d'une victoire aux 24 h du Mans en 1935. Après plusieurs changements de mains, l'affaire fut reprise par David Brown qui utilisa le moteur "double arbre" conçu pour Lagonda par W.O. Bentley sur les Aston Martin...

Site internet

En 1962, Ferruccio Lamborghini était constructeur de tracteurs agricoles (depuis 1949), de chaudières à mazout et de climatiseurs... et rêvait d'automobiles à hautes performances. Pour satisfaire ses aspirations tout en s'assurant un renom international, il décida des les construire. Il fit appel à des ingénieurs réputés (et transfuges de chez Ferrari) tels Giotto Bizzarrini et Gianpaolo Dallara qui mirent au point un moteur de 3,5 l de technique très "course" : 12 cylindres en V, 4 arbres à cames en tête, carter sec. On ne le verra jamais sur les circuits mais une grande marque était née...

Site internet

Technicien inspiré, Frederick Lanchester (1868-1946) entraîne ses frères cadets Frank et George dans la construction automobile dès 1896. Ses voitures se signalent tant par leur qualité d'éxécution que par leur conservatisme, se tenant au moteur sous plancher et à la direction par "queue de vache" jusqu'en 1911 ! En 1919, la marque présente une très luxueuse 6 cylindres à arbre à cames en tête, rivale de la Rolls-Royce Silver Ghost, mais elle est rachetée en 1931 par le groupe BSA qui contrôle déjà Daimler. Les Lanchester suivantes seront des variantes légèrement différentes des petites (ou exceptionnellement des grosses) Daimler, jusqu'à l'arrêt de la fabrication en 1956 avec la curieuse Sprite qui ne dépassera pas le stade de la pré-série.

Site internet

Apprenti chez Ceirano, puis pilote d'essai - et de course - chez Fiat, Vincenzo Lancia fonda sa propre entreprise en 1906. Ses premières voitures seront des 4 cylindres assez luxueuses, et performantes. Cette recherche conjointe du raffinement et du rendement déterminera l'éthique de la marque, lui faisant adopter des techniques "non conformistes" : moteurs en V, structure auto porteuse, suspensions indépendantes... avec un impressionnant palmarès en rallyes.

Site internet

Créé en 1948 comme véhicule de loisirs au sein de la marque Rover, ce label est devenu symbole de 4 x 4 dans de nombreux pays, avant de devenir une marque à part entière, qui depuis l'an 2000 n'appartient plus au groupe Rover, mais à Ford.

Site internet

Marque automobile détenue par le constructeur chinois Jiangling Motor Holding.

Petite voiture économique mais fort bien construite, le Zèbre était  très populaire avant 1914. Un 4 cylindres s'ajouta bientôt au monocylindre des débuts, qui fut également repris après la guerre. Le déclin de la marque coïncida avec le départ de son créateur J. Salomon au profit de Citroën (où il conçut la célèbre 5 CV). Un modèle entièrement différent sortit en 1924 sous forme d'une 11 CV 2 litres très classique (soupapes latérales), dont les chances étaient limitées sur un marché déjà bien encombré.

R.H. Lea et G.I. Francis s'associent en 1895 pour produire des cycles puis des engins motorisés à deux ou trois roues dans la région de Coventry. Leur production automobile débute en 1922, faisant appel à des moteurs Meadows ou Coventry-Victor. Un moteur "maison" 6 cylindres à arbre à cames en tête sera aussi mis sur le marché, mais la firme devra être réorganisée en 1936. Les modèles ultérieurs, réputés pour leurs performances, auront un moteur conçu par Hugh Rose avec deux arbres à cames haut placés dans le carter. La production cessera en 1954, mais la marque fera une brève réapparition en 1960 avec un bizarre cabriolet "Lynx" à moteur Ford. Elle sera à nouveau relancée à la fin des années 80 par un inconditionnel, Barrie Price.

Site internet

Fils d'Amédée Bollée, pionnier de la locomotion à vapeur, Léon Bollée se lance en 1895 dans la construction d'un petit tricycle à essence pour lequel il dépose l'appellation "voiturette". Ses premières voitures à 4 roues se vendant moins bien, il obtient des capitaux américains pour produire de grosses voitures de luxe à 4 puis 6 cylindres (jusqu'à 12 litres !). Après 1919, ses produits deviennent plus "raisonnables" mais peu concurrentiels, ce qui conduit au rachat en 1925 par l'anglais Morris (voir sous la marque Morris-Léon Bollée).

Lexus est un constructeur automobile, créé en 1989 par le groupe japonais Toyota. C'est la division haut de gamme de Toyota, dont le siège mondial est situé à Aichi, au Japon. Les modèles composant la gamme Lexus sont, selon les pays, des modèles issus de la gamme japonaise de Toyota ou des modèles de conception propre à Lexus.
Lexus mise avant tout sur une qualité de finition irréprochable.
Lexus est le premier constructeur haut de gamme à avoir incorporé des versions hybrides dans ses produits.

Site internet

Leyland est un constructeur automobile, spécialisé dans la production de camions semi-remorques et d'autobus, mais également de chars d'assaut.  Il a longtemps fabriqué la Mini. En 2009, il fait partie du groupe Paccar, États-Unis.

L'animal légendaire servit de blason à cette marque créée en 1899 sous le nom de son fondateur : Corre. Elle produisit des voitures de bonne réputation jusqu'en 1939, à tendance utilitaire souvent, mais carrossées parfois avec élégance. Sa gamme était assez complexe, combinant plusieurs châssis différents avec les mêmes organes mécaniques, utilisant aussi à partir de 1935 des carrosseries et des moteurs Citroën, mais avec les roues arrières motrices. Son dernier modèle, un petit coach sur châssis-poutre fut repris après la guerre, mais ne réussit pas à sauver la firme qui ferma ses portes en 1948.

Site internet

Constructeur britannique de voiture de sport axée sur le développement et la production de hautes performances électriques.

Site internet

Entre les "course" et les voiturettes Guy Ligier se lança dans la production d'une GT à moteur central V6 Maserati, avant d'assembler les ultimes Citroën SM.

Site internet

En 1917, Henry Leland quitta Cadillac qu'il avait créée en 1902 pour fonder une nouvelle entreprise. La première Lincoln sera une "V8" de très haute qualité, mais de lignes désuètes, qui ne rencontrera pas le succès attendu. Henry Ford racheta la firme en 1922 en confiant la présidence à son fils Edsel, qui fera réaliser de superbes carrosseries. De 1933 à 1948, toutes les Lincoln seront des "V12", même le modèle Zephyr de grande diffusion. La marque de prestige du groupe Ford s'enorgueillit d'être le fournisseur officiel de la Maison Blanche depuis 1940, année de sortie de la fameuse Continental, première du nom.

Site internet

Marque allemande de voitures économiques, appartenant au groupe Borgward, mise sur le marché en 1950 mais déjà connue avant 1940 sur les camions et voitures de luxe Hansa-Lloyd. Le premier modèle LP 300 est remarquable par sa carrosserie en contreplaqué recouvert de simili. Les suivants seront plus conventionnels, et passeront du cycle 2 temps au cycle 4 temps. L'Arabella est une voiture moyenne à 4 cylindres, dont les derniers exemplaires seront commercialisés sous la marque Borgward. A noter qu'il existe une marque anglaise homonyme, mais sans aucun lien, qui a construit aussi des petites autos, à la fin des années quarante.

constructeur  automobile français dans les années 1920

Site internet

L'usine de Lunéville, filiale de la firme sidérurgique De Dietrich, était spécialisée dans les grosses voitures de luxe, production transférée par la suite à Argenteuil. La 15 CV six cylindres est le modèle le plus connu de la marque grâce à sa double victoire au Mans (1925-26)

Le fantastique palmarès de la marque Lotus repose sur la persévérance et le génie d'un homme : Colin Chapman (1928-1982). Constructeur artisanal de "trial specials" à ses débuts, il ne commercialisera guère ses oeuvres jusqu'à  la sortie de la "Seven", tant copiée et "répliquée". Vint ensuite l'Elite, petite voiture de course en habit de ville, qui allait ouvrir la voie à une génération de modèles de plus en plus sophistiqués mais aussi de plus en plus confortables... sans préjudice des vertus dynamiques directement héritées de la technique "circuit".

Site internet

Formée à partir des noms de ses fondateurs, Jem Marsh et Frank Costin, cette firme anglaise s'est spécialisée dans les voitures de sport, utilisant au départ le contreplaqué pour élaborer ses châssis. Au fil de diverses restructurations, la production s'est arrêtée au milieu des années 70, pour reprendre en 1982... Les moteurs utilisés sont d'origine très diverse : BMC, Ford, Triumph ou Volvo.

Site internet

Constructeur britannique de voiture de sport  fondé en 1979 par Paul Moorhouse à Plymouth.

Site internet

La firme Nordyke & Marmon, installée à Indianapolis, était connue depuis un demi-siècle pour ses machines de meunerie lorsque Howard Marmon décida en 1902 de fabriquer des automobiles. Les premières Marmon utilisaient déjà largement  les alliages légers, ce qui en faisait des véhicules de qualité, mais assez coûteux, politique qui fut maintenue jusqu'en 1927. La firme se tourna alors vers les 8 cylindres de prix modéré, dont le succès semblait assuré. La récession de 1930 frappa Marmon de plein fouet, alors qu'elle achevait la préparation d'une superbe "V16" qui sera son chant du cygne. Le nom survivra grâce aux camions...

Site internet

Marussia Motorsest un constructeur automobile russe de voitures de sport et de SUV. C'est la première firme de production de voitures de sport de Russie.

Site internet

La firme créée par les frères Maserati en 1926 avait un glorieux palmarès en compétition avant 1940, mais ce n'est qu'en 1947 que le trident - emblème de la ville de Bologne - apparut sur un modèle de tourisme. La même année, les fondateurs quittèrent l'entreprise pour créer OSCA. La nouvelle direction développa un coûteux programme sportif mais redressa la situation grâce au succès de la 3500 GT lancée en 1959. Son moteur 6 cylindres "double arbre" ainsi qu'un V8 de même technique seront déclinés sur toute la gamme. En 1968, Maserati fut vendu à Citroën, mais mis en liquidation en 1975, avant d'être reprise par Alejandro de Tomaso.

Site internet

Massey Ferguson est un constructeur de matériels agricoles, et notamment de tracteurs, société du groupe américain Agco Corporation, dont le siège est situé à Duluth, Géorgie. 

Site internet

Mastretta Cars est une firme mexicaine de conception et construction automobile établie en 1987 à Mexico par Daniel Mastretta. La marque produit depuis janvier 2011 la Mastretta MXT, une voiture de sport à deux places.

Site internet

Courant 1935, l'usine Mathis de Strasbourg commence à construire, à côté des dernières Mathis, les premières V8 de conception U.S.A., mais de réalisation presque entièrement française. La gamme composée d'une 13 CV et d'une 21 CV sera légèrement modifiée chaque année jusqu'en 1939, toute production prenant fin avec l'occupation de l'Alsace et de la résiliation du contrat avec Ford. Certaines Ford américaines furent également vendues en France sous la marque Matford.

Site internet

Les Mathis sorties avant 1918 sont ... allemandes, l'usine étant en Alsace occupée. Après 1920, elle construit des cyclecars mi-sportifs, mi-utilitaires, puis des voitures moyennes. En 1927, Mathis est le 4e constructeur français (après Citroën, Renault et Peugeot). Les années 1930-1932 voient la gamme se ramifier, en s'étendant d'une populaire 5 CV à une 8 cylindres 5 litres. Les 6  cylindres connaissent aussi plusieurs versions de cylindrée et de châssis. Après un projet avorté de montage aux U.S.A., Emile Mathis se tourna vers Ford   les dernières Mathis quittèrent Strasbourg en 1936, cédant la place aux Matford V8.

Site internet

Matra-Sport reprit à la fin de 1964 la production des René Bonnet, les Djet devenant Jet en 1966. Ces dernières cédèrent la place en 1968 aux 530 à mécanique Ford, dont la distribution sera assurée par Chrysler-France. En juin 1973, apparaîtra la Bagheera à moteur Simca, qui defraiera la chronique par son habitacle à trois places...avant et qui sera habillée de blanc par Courrèges avant d'être équipée d'un moteur plus gros. Elle recevra le nom de Talbot pour la saison 1980 et s'effacera plus tard devant la Murena.

Site internet

Wilhelm Maybach (1846-1929) participa aux premières expériences de Gottlieb Daimler, qu'il quitta en 1907. Aidé de son fils Karl (1879-1960), il mit au point la série de moteurs destinés aux dirigeables du comte Zeppelin. A partir de 1922, l'usine construisit des voitures de grand luxe avec boîte épicycloïdale (sans débrayage). Elles furent suivies par une "colossale" 12 cylindres baptisée Zeppelin, qui fut la plus coûteuse production allemande après la Mercedes 770. Après 1935, la firme produisit aussi des 6 cylindres de dimensions plus réduites, mais de très haute qualité. L'usine survécut à la guerre, mais ne produisit plus que des moteurs marins et industriels.

Site internet

Née Toyo Kogyo Co. Ltd. en 1927, cette firme japonaise s'est distinguée par l'adoption du moteur à piston rotatif Wankel, qu'elle reste seule à défendre depuis la fin des années soixante-dix, mais aussi pour avoir fait très tôt appel au stylisme italien : la jolie berline 1500 Luce de 1965 est en effet due à Bertone.

McLaren Automotive est un constructeur automobile britannique créé en 1989, branche de McLaren Group, spécialisé dans la conception de voiture de sport d'élite issue de la Formule 1 avec McLaren Racing.

Site internet

Melkus était une marque de simples sièges de voitures de course et les voitures de sport fondé par le pilote de course Heinz Melkus à Dresde en Allemagne de l'Est . La société a existé de 1959 à 1986, puis de 2009 à 2012. Les voitures initialement utilisées moteurs de Wartburgs. Les voitures de course ont rivalisé dans la Formule 3 , Formule Junior et Formule E . Les modèles 2009 à 2012 utilisés moteurs deToyota et Volkswagen .
La seule voiture de route la société a produit de 1959 à 1986 a été la Melkus RS 1000 . C'était une élégante voiture de sport propulsé par un Wartburg moteur 2 temps 3 cylindres à mi-montée accordé.

Site internet

En 1885, Carl Benz réalise un tricycle à pétrole l'année suivante, Gottlieb Daimler motorise une calèche... mais c'est Emil Jellinek qui imposera le prénom de sa fille Mercedes en tant que marque (déposée en 1902) sur les voitures fabriquées par Daimler. Destinées aussi bien à la compétition qu'au tourisme, les Mercedes "Simplex" seront aussitôt appréciées pour leurs performances et leur raffinement, bien que les plus gros modèles aient gardé la transmission par chaînes jusqu'en 1914. De son côté la firme Benz saura revenir au premier rang des marques de luxe et de sport, après un début de siècle difficile. Les deux sociétés fusionneront cependant en 1926.

Site internet

Pour concurrencer Buick, Oldsmobile ou Dodge sur le marché des voitures moyennes, Ford décida d'élargir sa gamme en 1938 en choisissant le dieu des commerçants et des voyageurs pour emblème. La première Mercury n'était guère qu'une Ford plus puissante et mieux équipée, mais celles des années 50 se rapprocheront des Lincoln. Les modèles 1957 à 1959 auront une caisse exclusive, mais les suivantes feront à nouveau appel à la structure des Ford contemporaines, à l'appellation et à l'habillage près. Certaines Mercury, légèrement retouchées, seront vendues au Canada sous la marque Monarch.

Site internet

voiture de sport britannique basée inspirer de Ford fabriqué en Angleterre de 1980 à 1998.

Site internet

Ce scooter carrossé était à l'origine une voiturette d'infirme conçue par un ingénieur aéronautique ce qui explique peut-être sa forme "cockpit". De monoplace, le Fend Flitzer devint un engin biplace en tandem entraîné par un 2 temps Sachs. Le Tiger 500 cm3 beaucoup plus rapide (125 km/h.) avait besoin de 4 roues au lieu de 3.

MG

Les premières M.G. étaient de très classiques Morris Cowley ou Oxford sous une robe sportive en aluminium poli, réalisée à l'initiative de Cecil Kimber, directeur de Morris Garages. Elles furent à l'origine d'une lignée de modèles "grand tourisme" à quatre ou six cylindres, mais l'image de la marque s'est forgée sur la Midget, petite voiture nerveuse et maniable, dérivée de la Morris Minor (première du nom)  comme sa rivale Triumph, M.G. fut absorbée en pleine gloire par le groupe British Leyland, au sein duquel elle n'aura qu'une place secondaire, et sera finalement sacrifiée en 1981.

Site internet

Sylvain de Jong, né à Amsterdam mais installé à Anvers, débuta en 1900 la production de motos et en 1904 celle de voiturettes. Jouissant d'une bonne réputation, la marque développa des modèles de plus en plus puissants et luxueux, adoptant dès 1909 le moteur sans soupapes système Knight, qu'elle conserva jusqu'à la fin. Après avoir connu des jours fastes avant la crise de 1930, la firme déclina rapidement, ses modèles devenant démodés et trop coûteux. Les dernières Minerva seront construites en 1936, la marque étant utilisée par la suite sur les Imperia (licence Adler) vendues en France et sur les Land Rover de l'armée belge.

La Mini originale (1959-2000), initialement Morris Mini Minor et Austin Seven, sorties simultanément, est un modèle d'automobile conçue pour BMC par l'ingénieur grec Alec Issigonis et fabriquée à Birmingham (Royaume-Uni). Elle fut vendue sous plusieurs marques Austin, Morris, MG Rover, Rover, Wolseley, Riley, Leyland et sous licence italienne Innocenti (groupe Fiat), avant de devenir une marque propre.

Site internet

Un des plus anciens constructeurs japonais, puisque son premier modèle de tourisme date de 1917, cette marque a cependant été introduite tardivement sur le marché français.

Site internet

Charles Mochet était le constructeur des célèbres "Vélocar" à pédales de l'occupation, qui furent motorisés à la fin des années 40. Ce (très) petit véhicule reçut ensuite un moteur 125 (fabrication Ydral) ainsi qu'une carrosserie enveloppante mais découvrable. Un cabriolet à moteur Cemec 750 cm3 flat-twin fut exposé au salon de 1953 (habillé par Antem) mais ne dépassa pas le stade du prototype.

Site internet

Après avoir construit quelques petites voitures de sport sous la marque MBM, le bâlois Peter Monteverdi a apposé son nom sur de très exclusives et très rapides grandes routières à moteur Chrysler. La marque disparut du marché à la fin des années 70, non sans avoir tenté de pénétrer le marché des 4 x 4 de luxe.

Né en 1904, Giovanni Moretti commence en 1926 dans un modeste atelier turinois la production de motos, suivies de voiturettes et de camionnettes électriques. Après 1945, il met au point un intéressante gamme de voitures animées par des moteurs de sa conception, d'abord un bicylindre de 350 cm3, puis un 4 cylindres de 600 cm3 dont dérive bientôt un modèle sportif à double arbre à cames en tête, qui se fait remarquer lors d'épreuves sur longue distance, Alger-Le Cap notamment. A partir de 1958, il abandonne progressivement la production de moteurs pour se consacrer aux carrosseries de demi-série sur base mécanique Fiat.

Site internet

Fils de pasteur, H.F.S. Morgan (1884-1959) construisit en 1910 son premier cyclecar avec la bénédiction de son père... Cet engin à trois roues avait déjà la suspension avant à fourreaux coulissants, caractéristique de cette marque. Différents moteurs d'origine "moto" - puis Ford - équipèrent ces engins encore construits en 1950. La première "4/4" à 4 roues date de 1936, mais sa conception est restée valable cinquante ans après malgré l'augmentation de puissance. Les méthodes de l'usine n'ayant guère varié non plus, la demande demeure toujours supérieure à l'offre.

Site internet

William Morris (alias Lord Nuffield) petit assembleur de cycles et motos devint en quelques années le premier constructeur britannique, grâce à un recours judicieux à la sous-traitance, mais la diversification des modèles au cours des années trente fut moins heureuse. La remarquable Minor conçue par Alec Issigonis, lancée en 1948, allait ramener la marque au premier plan. L'union avec Austin au sein de la B.M.C. en 1952 conduira d'année en année au rapprochement des gammes, si bien que la dernière voiture portant l'écusson Morris, la très banale ltal, disparaîtra des catalogues fin 1984.

Marque issue de la reprise en 1925 des usines mancelles du pionnier Léon Bollée par l'industriel anglais Morris : à la 4 cylindres française de conception classique se sont ajoutées une 6 cylindres à culbuteurs et une rare 8 cylindres à arbre à cames en tête de conception anglaise. Mais cette association ne survivra pas à la crise économique du début des années trente.

La société fondée par les frères Mors s'occupait principalement d'appareillages électriques mais elle s'intéressa à l'automobile dès 1895. Au fil des ans, la production s'orienta vers des modèles de plus en plus gros, la marque se faisant connaître par ses succès en compétition avec d'énormes moteurs de près de 12 litres de cylindrée. Réorganisée en 1908 sous la direction d'André Citroën, la firme se tourna à partir de 1912 vers les moteurs sans-soupapes système Knight, fournis par Minerva. Ils furent de nouveau proposés après 1918, mais la marque disparut vers 1925. Elle est réapparue dans les années cinquante sur des scooters et plus récemment sur des deux-roues d'origine asiatique.

Site internet

Construite à Bordeaux, cette marque succéda à Schaudel, inventeur du "bloc moteur" (faisant corps avec la boîte de vitesses), et exploita les brevets Dombret sur l'équilibrage des moteurs. D'aspect conventionnel, les Motobloc se distinguaient cependant par des solutions mécaniques intéressantes : volant moteur disposé au milieu du vilebrequin pour réduire les périodes de vibration, arbre à cames en tête sur les 9 CV, 4 roues indépendantes sur les 6 cylindres "Super Confort". La firme ne survécut pas à la crise économique des années 30.

Site internet

Après avoir conçu des avions, des bateaux et des carrosseries de voitures, André Moynet a en effet entrepris de réaliser un prototype de course étroitement dérivé d’un modèle apparu aux 24 heures du mans 1968.

Site internet

La vie de Charles W. Nash pourrait être un conte de fées à l'américaine : enfant abandonné à 6 ans, émancipé à 12, il devint à 48 ans président de la General Motors... qu'il quitta en 1916 pour créer sa propre entreprise. Ayant racheté la firme Jeffery, puis Mitchell, il se consacra aux voitures de la classe moyenne, au confort soigné. La série Airflyte de 1949 adopta les formes "ponton" transposées l'année suivante sur la Rambler, une compacte avant la lettre. En 1954, Nash s'unit avec Hudson au sein d'American Motors. Ce mariage fut fatal aux deux marques mais en enfantera une autre : Rambler.

Site internet

Dès 1934, des Fiat ont été montées dans l'usine NSU d'Heilbronn pour le marché allemand, activité reprise en 1952. Des Fiat 600 - rebaptisées Jägst -, 850 (Adria) et 1100 (Europa), ainsi qu'une 500 recarrossée (Weinsberg), porteront l'écusson NSU-Fiat (Neckar pour l'exportation). Pour la France, l'importateur André Chardonnet vendit aussi sous la marque Neckar des Fiat préparées ou carrossées en Italie par Osi, Siata ou Vignale.

Avant de devenir Nissan la société était connue sous le nom de Datsun. Le 1er juillet 1911, l'entreprise Kawaishinsha Motor Car Co est créée à Tokyo par trois investisseurs, Kenjiro Den, Rokuro Aoyama et Meitaro Takeuchi, et se lance dans la fabrication d'automobiles. Trois ans plus tard la première automobile sort des ateliers, la DAT qui possédait un moteur V-2 d'une puissance de dix chevaux et qui pouvait atteindre la vitesse maximale de 32 km/h.

Il est lié au constructeur françaisRenault depuis 1999 à travers l'Alliance Renault-Nissan qui devient en 2011, le troisième groupe automobile mondial.

Site internet

NSU

La "Neckarsulmer Fahrzeugwerke AG" construisait des motocyclettes depuis le début du siècle avant d'ajouter à son programme des voitures légères, dont la fabrication fut reprise après 1918. Les petites 4 cylindres eurent un certain succès et même un palmarès sportif, mais la crise financière fut fatale à la firme qui dut céder son usine tout neuve de Heilbronn à Fiat et se limiter aux "deux roues", dont elle fut premier producteur mondial en 1955. Sentant le vent tourner, elle revint aux voitures en 1957 avec une petite bicylindre baptisée Prinz, qui prendra du volume et du muscle. NSU surprendra en commercialisant le premier moteur Wankel, puis s'alliera avec Audi peu avant la fusion avec VW.

Site internet

Fondée en 1907 à Pontiac (Michigan) par E.M. Murphy, fabricant de buggies hippomobiles, et A.P. Brush, l'un des concepteurs de la première Cadillac, cette firme fut intégrée à la General Motors dès 1909. Elle sortait à cette époque de robustes 4 cylindres à prix modéré, complétées par une "V8" en 1915. Après 1917, Oakland ne proposera plus que des 6 cylindres moyennes, d'abord à moteur culbuté, puis "latéral", qui durent s'effacer devant leurs soeurs Pontiac lancées en 1926. La dernière Oakland sera une V8, rebaptisée aussi Pontiac après 1931.

Après diverses expérimentations avec des engins à vapeurs, puis à essence, Ransom Eli Olds (1864-1950) fonda en 1889 les "Olds Motors Works". Simple et robuste, l'Oldsmobile Curved Dash fut la première automobile américaine construite en grande série. Après le départ d'Olds - qui allait créer REO - la société se lança dans les grosses voitures de luxe et fut intégrée à la Général Motors dès 1908. Après avoir failli disparaître faute de succès en 1932, la marque retrouva sa clientèle et se distingua en étant la première à offrir une transmission automatique moderne (1940) et une traction avant de plus de 300 chevaux (1966). Elle sera cependant abandonnée à la fin de la saison 2003.

Site internet

Constructeurs réputés de cycles et de machines textiles, les frères Opel se tournèrent vers l'automobile dès 1898 en rachetant les brevets d'un certain Lutzmann, puis acquirent une licence Darracq tout en développant une gamme propre. La marque acquit rapidement une excellent réputation, appuyée par de nombreux succès sportifs, au point de devenir le plus grand constructeur d'Allemagne avant 1914. La production, n'atteignit cependant le stade de la grande série avant 1924, à la sortie de la populaire Laubfrosch (rainette) suivie de 4 et 6 cylindres de classe moyenne. En 1929, la famille Opel céda ses parts à General Motors.

Site internet

Officine Specializzate Competizione Automobili, telle est la signification du sigle de la marque créée par les frères Maserati en 1951, après la cession de leur nom à la famille Orsi.

OSI

L'entreprise "Officine Stampaggi Industriali" a été créée en 1960 à Turin pour produire essentiellement des matrices d'emboutissage puis des carrosseries complètes pour certains constructeurs, notamment Fiat, Ford et Innocenti. La Fiat 1200 habillée par OSI en coupé ou en cabriolet fut vendue sous le nom de Neckar St. Trop en France, où la réalisation la plus connue de cette firme reste le coupé carrossé (en 3.500 exemplaires) sur la base d'une Ford 20 M et vendu par le réseau Ford en 1967-1968.

Marque de voitures légères lancée en 1903 à Terre Haute, Indiana et rachetée en 1907 par John N. Willys qui en fit un modèle de grande diffusion, largement exporté. En 1927, la marque Overland disparut au profit de Whippet (voir Willys), avant d'être brièvement ressuscitée sur certains marchés en 1939 pour désigner la petite Willys à 4 cylindres.

Comme F.H. Royce, James Ward Packard était un constructeur d'équipements électriques qui acheta un beau jour une automobile, puis décida de faire mieux lui-même... Au "mono" de 1899 succédèrent bientôt de très grosses voitures à 4, 6 et enfin 12 cylindres en 1916. Malgré sa renommée mondiale, la marque dut lancer des modèles plus abordables à partir de 1935. Qualité de finition et raffinement mécanique ne sauveront pas la firme du déclin, et les dernières Packard, en 1958, ne seront que des Studebaker hâtivement retouchées. Jusqu'à la fin, le slogan "demandez à celui qui en a une" sera pourtant toujours à l'honneur...

Site internet

Pagani, de son officiel « Pagani Automobili S.p.A. », est un constructeur italien d'automobiles super-sportives. L'entreprise est fondée en 1992 par Horacio Pagani et est implanté à San Cesario sul Panaro près de Modène, en Italie. La marginalité de cette marque permet de garantir une qualité de fabrication de ses modèles exceptionnelle, ce qui a contribué à la réputation de la marque.

Site internet

La marque doyenne, titulaire de la licence des moteurs Daimler, vendit sa première voiture "client" en 1891. Au début du siècle, sa production - dépassant le millier de châssis par an - était la première de France. La firme va cependant se tourner vers la construction de modèles de luxe, de moyenne ou forte cylindrée, avec des moteurs "sans soupapes" dès 1910. Ces derniers constitueront l'ensemble de la gamme des années 20 à la guerre. Après 1945, Panhard fera de nouveau preuve d'originalité en construisant seulement des voitures bicylindres, mais le rendement de ce "flat-twin" est tel qu'il propulsera aussi bien berlines familiales que coupés sport.

Marque créée par Robert Jankel, qui réalisa d'abord une évocation de la fameuse SS 100 équipée d'un moteur 6 cylindres Jaguar, puis les extravagantes De Ville à moteur 12 cylindres. Vint ensuite le plus abordable roadster Lima équipé d'un moteur Vauxhall 4 cylindres 2,3 litres, qui devint, après plusieurs restructurations de l'entreprise, la Kallista motorisée par Ford.

Cette firme de Cleveland débuta très modestement en fabriquant du matériel de blanchisserie, avant de passer aux bicyclettes puis aux quadricycles à moteur De Dion. Les succès en course lui valant une publicité flatteuse, la marque figura aux côtés de Packard et de Pierce Arrow parmi les marques américaines les plus prestigieuses. A partir de 1925, Peerless abandonna ses propres fabrications de moteurs pour se fournir chez Continental en 6 et 8 cylindres. Les ultimes séries bénéficieront de superbes lignes dues à Alexis de Sakhnoffsky, mais la très noble V16 "tout aluminium" restera au stade du prototype.

La famille Peugeot, établie en Franche-Comté depuis fort longtemps, y produisait bicyclettes et outils lorsqu'elle entreprit la construction de "voitures sans chevaux" dès 1891, passant d'emblée au stade industriel : plusieurs centaines de véhicules sont déjà sorties de leur usine quand naît le XXe siècle... La région de Montbéliard restera le berceau de la firme, mais jusqu'à la fin des années 20, certains modèles seront produits à Lille, et d'autres à Issy en banlieue parisienne. De 1906 à 1915, "Les Fils de Peugeot Frères" concurrencèrent leurs cousins en construisant des "Lion Peugeot". 

Site internet

PGO

La marque PGO a été lancée en 1980 par 2 frères, Gilles et Olivier Prevôt, deux particuliers passionnés d'automobile, pour fabriquer des répliques d'AC Cobra.
En 1998, deux entrepreneurs français, rachètent la société. L'activité est centrée sur une reproduction de la mythique Porsche 356. En 2000, PGO Automobiles crée un prototype de véhicule présenté au Salon de l'Automobile à Paris : le PGO Speedster II.
Suivra la Cévennes et très prochainement la Hemera GT

 

Site internet

Marque lyonnaise créée peu avant la Grande Guerre et disparue au milieu des années vingt, qui connut en dépit de sa brève existence une certaine notoriété locale. Ses voitures légères étaient de conception classique, toutes à quatre cylindres, avec des moteurs achetés chez Ballot, Altos ou CIME.

Tenue pour la plus aristocratique des marques américaines, elle débuta très humblement par la production de cages à oiseaux et autres ferblanteries, puis de bicyclettes. Elle aborda le domaine automobile en 1901 avec une voiturette à moteur De Dion, et passa très rapidement aux grosses voitures. De 1910 à 1928 Pierce ne construisit que des six cylindres, abandonnées au moment de la fusion avec Studebaker. En 1933, Pierce redevint indépendante mais le marché était trop réduit pour survivre. Jusqu'à la fin, les Pierce gardèrent leur phares intégrés aux ailes, adoptés (et brevetés) en 1913.

Site internet

Pininfarina est une entreprise italienne de conception et de production de véhicules automobiles, fondée en 1930 au 107 Corso Trapani à Turin par Gian-Battista Pinin Farina.
Au total, le centre de design de Pininfarina SpA a dessiné plus d'un millier de modèles et en a produit à peu près 250.

 

Site internet

En décembre 1620, les premiers colons - les Pilgrim Fathers - débarquaient du Mayflower et fondaient le village de Plymouth. Ce fut ce nom que Chrysler choisit pour sa gamme économique à 4 cylindres présentée en juillet 1928, qui connut d'emblée un grand succès, la millionième Plymouth sortant cinq ans plus tard. Entre 1933 et 1954 la marque ne sortit que des 6 cylindres, puis se lança avec des "V8" dans la course aux chevaux. A l'exportation certaines Plymouth furent rebaptisées Chrysler Junior, De Soto Diplomat ou Dodge Kingsway, mais la marque eut la priorité pour les modèles "compacts" (Valiant) ou sportifs (Barracuda).

Pontiac était le chef des indiens de la tribu Ottawa qui organisa - avec l'aide des Français -  le soulèvement contre les Anglais, et fut assassiné en 1769. Plusieurs villes américaines ont pris son nom, dont un faubourg de Detroit, siège de la marque Oakland. Au sein de cette filiale de la G.M. apparut en janvier 1926 une nouvelle gamme de six cylindres économiques, baptisée Pontiac. Son image d'abord conservatrice évolua au fil des ans, et devint symbole de performances. Les Pontiac produites au Canada sont esthétiquement proches de leurs soeurs mais utilisent des éléments Chevrolet.

Site internet

Au printemps 1948, la Porsche n° 1 sort d'un petit atelier de Gmünd en Autriche : c'est un roadster biplace à moteur Volkswagen modifié, placé en position centrale sur un châssis tubulaire ... et le 356e projet du professeur Ferdinand Porsche. Une petite série suivra : 23 coupés et 23 cabriolets, tous à carrosserie aluminium, mais à moteur reculé en arrière de l'essieu et châssis en tôle emboutie. Dès 1950 l'acier remplace l'alu, la production est transférée à Stuttgart et évolue rapidement : moteurs 1300 puis 1500, choix de plusieurs carrosseries.

Site internet

Proton est un constructeur automobile malaisien. Cette société a été créée en 1983 et elle est propriétaire de la marque de voitures de sport Lotus depuis 1998. Proton est présent sur de nombreux marché dans le monde. En Europe, elle est présente en Grande-Bretagneet à Chypre, mais aussi en Turquie.

Site internet

Marque créée par Reid Railton, spécialiste des records de vitesse pure, combinant une mécanique américaine à 6 ou 8 cylindres Hudson-Terraplane avec une carrosserie typiquement anglaise.Assemblées dans l'ancienne usine Invicta de Cobham, elles en reprenaient le thème du capot à angles vifs et rivets apparents. Elles étaient réputées pour leurs performances, à l'exception de la "petite" Railton Ten à moteur 1 300 cm3 Standard, et furent encore assemblées à rythme réduit jusqu'en 1949.

Site internet

Cette entreprise anglaise a d'abord produit des véhicules de livraison à trois roues commercialisés sous la marque Raleigh. En 1952, elle lance une voiture particulière à trois roues, très populaire outre-Manche. Le lancement en 1960 de la sportive Sabre à moteur Ford constitue un tournant décisif, mais les véhicules économiques ne sont pas pour autant abandonnés. La firme s'est fait une spécialité de fournir des projets "clés en main" à des nouveaux constructeurs, notamment l'israëlien Autocars (Sabra) et le turc Otosan (Anadol).

Site internet

Fondée en 1899, l'entreprise familiale Renault Frères croîtra au point d'être dès 1918 la plus importante usine de France, capable de produire la gamme complète des engins motorisés, de la voiture de grande diffusion jusqu'aux blindés, en passant par les autorails et les moteurs d'avion... Jusqu'en 1939 Renault a construit des modèles de luxe à six ou même huit cylindres, plus renommés par leur soin de construction que par l'originalité de leur technique, et dont la ligne a souffert de l'évolution aérodynamique. Après 1945, la Régie Nationale mit le cap sur la motorisation des masses, en développant des versions sportives qui suscitèrent maintes vocations.

Site internet

Renault Trucks est une société française qui développe, assemble et vend des véhicules industriels et utilitaires. Elle appartient au groupe AB Volvo depuis 2001. Renault Trucks constitue la deuxième entreprise en taille du groupe Volvo, dont la dynamique de l’activité poids lourds repose sur le développement spécifique de cinq marques de référence sur le marché mondial : Renault Trucks, Volvo Trucks, Mack Trucks (pour le marché nord-américain), UD Trucks et Volvo-Eicher.

Site internet

Après son "divorce" avec Charles Deutsch, René Bonnet se tourna vers Renault, pour motoriser ses petites sportives à traction avant puis à moteur arrière. La marque fut reprise par la firme d'armement Matra en 1964 et, fin 1965, le nom de Bonnet disparut. (A partir de 1965, voir Matra).

Site internet

REO

Marque créée en 1904 à Lansing, Michigan par Ransom Eli Olds après son éviction de la firme Oldsmobile qu'il avait fondée en 1987. Les premières voitures REO n'avaient qu'un cylindre, puis bientôt deux, passant au quatre cylindres dès 1910 et au six cylindres en 1917. Son plux luxueux modèle, la Royale, apparut en 1931, au plus fort de la crise économique et la construction d'automobiles de tourisme fut abandonnée en 1936, la marque se consacrant alors exclusivement aux camions, notamment les fameux "Speed Wagon".

Site internet

Avant le début du siècles, les frères Riley avaient délaissé les machines textiles en faveur des cycles, puis des tricycles à moteur. Leur première vraie voiture (bicylindre) sortit en 1907, mais les grandes heures de la firmes proviennent de la Nine (9 HP) et de ses dérivés à 4 ou 6 cylindres. Cette lignée de moteurs à 2 arbres à cames (latéraux) s'effacera en 1957 au profit des moteurs "standardisés" du groupe B.M.C., la marque ayant été rachetée par Morris en 1938. Jusqu'à son abandon en 1969, elle portera une connotation mi-sportive, mi-luxueuse, mais la mécanique sera signée Morris.

Fondée en 1948 à Rochdale, Lancashire par Harry Smith et Frank Butterworth, la société Rochdale Motor Panels œuvra d'abord dans la réparation de carrosseries, puis dans la construction de barquettes en aluminium pour adapter aux châssis Austin Seven. En 1954, elle fut l'une des premières à commercialiser une caisse en matière plastique, l'acheteur devant l'adapter au châssis et à la mécanique de son choix. A partir de 1957, un coupé GT monocoque est proposé, la production dépassant le millier d'exemplaires, mais en 1961 un incendie détruisit l'usine. La marque put renaître de ses cendres et proposer le modèle Olympic jusqu'en 1972.

Marque lyonnaise réputée pour le sérieux de ses fabrications, qui produisit avant 1900 des voitures légères, puis s'orienta vers des modèles moyens ou lourds en 1932, et fut reprise par Berliet vingt ans plus tard.

Marque tourangelle, connue par ses participations aux compétitions mais aussi pour la qualité des modèles de tourisme. A côté d'une 10 CV très classique mais sérieuse, ses produits comportaient des solutions techniques avancées (arbre à cames en tête, freins hydrauliques dès 1922, très vite abandonnés cependant), qui ne réussirent toutefois pas à sauver la firme de la crise financière de la fin des années vingt. Quittant Tours pour Courbevoie, elle sombra rapidement, utilisant même sur sa fin des moteurs américains.

Frederick Henry Royce (1863-1933) était un mécanicien autodidacte qui décida un jour de perfectionner sa propre voiture, puis d'en construire une meilleure... qui fut remarquée par Charles Stewart Rolls (1877-1910) aristocrate passionné de technique et propriétaire de garages. En 1905, les premières Rolls-Royce furent des bicylindres, mais dès 1907, la sortie d'une 6 cylindres 40/50 CV montrait la vocation de l'entreprise, toujours en vigueur : construire "the best car in the world". La demande fut telle aux États-Unis que la fabrication des voitures fut entreprise à Springfield (Massachusetts) de 1921 à 1931 avec le même soin qu'à l'usine anglaise.

Site internet

Pour se lancer sur le marché de la voiture populaire, Lucien Rosengart prit la licence de l'Austin Seven, et élargit ensuite sa gamme grâce à des modèles d'origine Adler. Ses produits d'après-guerre n'étaient plus adaptés à un marché dominé par Renault.

Les premiers véhicules qui portèrent le sigle Rover furent des bicyclettes suivies en 1904 par des voiturettes monocylindres de grande diffusion. Les modèles économiques assurèrent la prospérité de la firme jusqu'à la fin des années vingt, mais elle se tourna ensuite vers la "classe moyenne" avec une gamme étendue de "six cylindres", dont certaines habillées sportivement. Les Rover des années 50 seront bien plus sobres, quoique raffinées ... Après divers essais - courses incluses - de moteur à turbine, la marque lança une 2000 de conception très moderne, qui sera équipée, comme sa soeur aînée, du "V8" d'origine Buick. Après plusieurs restructurations, la marque est de nouveau indépendante depuis l'an 2000, mais a perdu le label Land Rover (voir à ce nom).

Robert Pégulu de Rovin, frère de Raoul, le constructeur de motos, racheta après 1945 les usines Delaunay-Belleville de Saint-Denis pour y produire un "motocar" économique à moteur bicylindre quatre-temps de 423 cm3 (puis 462 cm3), qui eut un certain succès jusqu'en 1955 : près de trois mille exemplaires construits. Le modèle D 2 a une carrosserie à ailes séparées et phares extérieurs, les D 3 (2 CV) et D 4 (3 CV) une carrosserie "ponton".

La "Svenska Aeroplan Aktiebolaget" créée en 1937 pour construire des avions militaires, décida en 1947 de se diversifier dans le domaine de la voiture économique. Commercialisé en 1949, le premier modèle se référait à la technique aéronautique pour son profilage et sa légèreté. Son moteur était un bicylindre 2 temps inspiré du D.K.W. Grâce à leurs performances et à leur tenue de route, les Saab se distinguèrent en rallyes, remportant la victoire absolue au "Monte Carlo" en 1962 et 1963. Le moteur deux temps sera finalement abandonné au profit d'un 4 cylindres Ford en 1968.

Saleen est une marque d'automobiles américaine, spécialisée à la fois dans la préparation et dans la production de modèles hautement sportifs, fondée par Steve Saleen en 1983.

 

Site internet

Gros constructeur de moteurs d'avion, Salmson prit la licence du cyclecar anglais G.N. dès 1919, puis développa une série de voiturettes sportives avec deux arbres à cames en tête, système commun à tous ses modèles ultérieurs. Abandonnant la compétition en 1928, Salmson présenta des véhicules à vocation plus "grand public" avec la S 4, puis en 1932, la S 4 C. En 1934 apparut la S 4 D dotée de roues indépendantes et d'une boîte Cotal. En 1938, Salmson réalisa deux nouveaux modèles : une 10 CV (S 4-61) et une 13 CV (S 4 E). Cette gamme fut reprise après 1945, peu modifiée. Malgré l'arrivée de la sportive 2300 S, la marque disparut début 1957.

Site internet

Saturn Corporation était une division du groupe américain General Motors, née en 1982 en tant que projet pour contrer les Japonais alors en forte croissance sur le marché nord-américain et pour renouveler ses méthodes de production, de management et demarketing.
Une usine a été construite dans le Tennessee, qui lui a permis de proposer dès 1989 des modèles économiques, d'un très bon rapport qualité/prix visant la même clientèle que les constructeurs japonais à cette époque.
Suite à l'échec du rachat de Saturn par la firme Penske, la jeune marque n'est pas maintenue au sein de GM et disparait en 2010.

Site internet

Scion est une marque d'automobiles japonaises, fondée ex nihilo en 2003 par le groupe automobile Toyota. La marque Scion n'est présente que sur le marché des États-Unis et au Canada, et vise une clientèle jeune.

Site internet

SEAT (Sociedad Española de Automóviles de Turismo) est un constructeur automobile espagnol, créé le 9 mai 1950 par la volonté du gouvernement espagnol avec l'aide de Fiat et de sept grandes banques du pays. Il fut d'abord géré par l'Instituto Nacional de Industria, et fut maintenu jusqu'en 1982 sous le contrôle de Fiat. C'est depuis 1986 une filiale du groupe allemand Volkswagen.

Site internet

SECMA (Société d'Etude et de Construction de Mécanique Automobile) est un constructeur automobile français installé à Aniche, dans le Nord.

Aujourd’hui c’est plus de 30 000 véhicules qui ont été produits et vendus à travers le monde sous les marques ERAD & SECMA. La gamme de voitures SECMA se compose de 4 modèles.

Site internet

Parallèlement à la mise au point et à la commercialisation des Cobra, le coureur texan Carroll Shelby a conclu un accord avec Ford pour "envenimer" les Mustang de la première génération.

Site internet

Constructeur automobile chinois créé en Avril 1988. En 2002 Shuanghuan a acquis le fabricant automobile appartenant à l'État Red Star .

Site internet

Fondée en 1926 par Giorgio Ambrosini, Siata se spécialisa dans le gonflage des moteurs Fiat, adoptant notamment une culasse à soupapes en tête sur la 500 Topolino alias Simca 5   dans les années cinquante, elle commercialisa sous sa marque des modèles sportifs dérivés des Fiat 500 C, 1400, 8V et 600 (ces derniers avec le moteur 750 élaboré par Abarth). De 1963 à 1966, la berline et le coupé 1500 TS furent vendus en France sous la marque Neckar   ainsi le nom Siata est-il plus connu ici pour la Spring, amusant cabriolet de style "rétro", utilisant une mécanique Fiat 850.

Firme créée par Fiat en 1934 pour continuer sous un nouveau nom la construction sous licence des Fiat en France. Elle lança en 1951 son premier modèle totalement original, l'Aronde, reprit à la fin de 1954 la filiale française de Ford, puis passa en 1963 sous le contrôle de Chrysler avant d'être absorbée par Peugeot en 1978, qui la fit progressivement disparaître en substituant pour une brève période le nom de Talbot, ressorti de l'ombre sans succès, à celui de Chrysler.

Site internet

Comme nombre de marques, Singer vint à l'automobile après avoir fabriqué des cycles, puis des "tris" motorisés. Il y eut très peu de grosses Singer, mais les modèles légers portèrent la firme au 3e rang des constructeurs anglais en 1928. Les moteurs à simple arbre à cames en tête se signaleront en compétition - notamment aux 24 H. du Mans - et resteront la spécialité de la maison jusqu'en 1958. Incorporée au groupe Rootes en 1956, elle se verra contrainte de produire des Hillman un peu enjolivées jusqu'à sa disparition définitive en 1970, après avoir été supplantée par Sunbeam.

Site internet

Le constructeur tchèque, aujourd'hui lié au groupe VAG, peut être fier de son passé, puisqu'il a construit dans les années vingt quelques voitures de luxe sous licence Hispano-Suiza. Les grosses voitures ont été abandonnées après 1940, laissant la place à des modèles économiques largement diffusés en Europe du Nord. La génération "MB" (pour Mlada Boleslav, site de l'usine) à moteur arrière introduite en 1964 connaîtra ses ultimes évolutions au début des années 90...

Site internet

Dérivé du nom de projet Swatch Mercedes Art car est une marque automobile allemande créée en 1994 sous l'impulsion du groupe horloger suisse Swatch avec l'aide du constructeur allemand Mercedes-Benz. C'est aussi devenu entre 2002 et 2006 le nom de l'entreprise produisant les voitures de la marque : smart GmbH, entreprise née en Suisse sous le nom de MCC AG, pour Micro Compact Car. La marque, écrite sous la forme en minuscules 'smart' dans les documents du groupe, appartient au groupe allemand Daimler AG, et est spécialisée dans le segment des micro-citadines à 2 places.

 

Site internet

Spécialisée dans les camions-magasins et les véhicules de service d'aéroport, cette entreprise de Parthenay (Deux-Sèvres) a construit une petite série de voitures de sport à mécanique Renault, dont 62 à moteur 850, 77 à moteur 1100 et seulement 5 à moteur 1300 Gordini.

Site internet

La Société de Vente et de Réparation Automobile a été créée en 1968 par Michel Landois, qui a donné ses initiales à tous les modèles qu'elle a produit. Ses ateliers étaient établis à Corbeilles en Gatinais. Le premier buggy, le LM1, un buggy classique, est présenté au Salon de Paris en 1970. Il est suivi du LM2 en 1972, un buggy à la ligne beaucoup plus moderne.
Vient ensuite le LM3, toujours sur base de Coccinelle, mais cette fois-ci un coupé sportif de type break de chasse, c'est à dire une véritable automobile. La production de ce modèle fut extrêmement limitée.
Après l'extinction de la filière Coccinelle, Sovra s'est tourné vers des dérivés cabriolet de modèles de grande série, avec peu de succès.
En 2001 Sovra est repris par la société AABLM (Auch Auto Buggy LM).

 

Site internet

Spyker est un constructeur automobile néerlandais fondé en 1898, et qui fusionna en 1914 avec une firme d'aviation.
La société fait faillite en 1907 et 1922 avant de fermer définitivement en 1926.
En 1999, une nouvelle société, Spyker Cars N.V., a été fondée, sans relation avec la société originale, sinon le nom.

 

Site internet

marque d'automobile sud-coréenne créée en 1954 et appartenant depuis 2011 à l'indien Mahindra. 

Site internet

La firme fondée en 1903 par Reginald Maudslay passa très vite des "monos" aux grosses 6 cylindres de luxe, mais préféra se consacrer après 1918 aux 6 cylindres légères et 4 cylindres de grande diffusion. Ces moteurs seront utilisés sur les S.S., futures Jaguar. En 1945, Standard racheta Triumph, se réservant la production des modèles à vocation "familiale", puis se fondit dans le cartel Leyland en 1960. Leurs hommes de marketing estimèrent alors que Triumph était plus "porteur" que Standard, à la connotation par trop ordinaire, et décidèrent d'abonner la marque en 1963.

Importante firme autrichienne, d'abord spécialisée dans l'armement et connue aussi dans le domaine des véhicules industriels et des tracteurs agricoles. Ses modèles de tourisme des années vingt et trente se sont souvent distingués par des techniques originales, dues aux ingénieurs Hans Ledwinka et Ferdinand Porsche, mais la production d'après 1945 s'est limitée à des modèles sous licence Fiat et à des véhicules tout-terrain. Les petites Steyr-Puch ont cependant un moteur "maison" dans une carrosserie de Fiat 500.

Site internet

Les frères Emil et Bernhard Stoewer, établis à Stettin (Poméranie) mirent au point une voiture bicylindre dès 1899 et développèrent une gamme de 4 à 6 cylindres, complétée par la production de camions, autobus et moteurs d'avion. Ils utilisèrent  même ces derniers sur de très grosses voiture de sports et essayèrent des techniques avancées : moteurs "sans soupapes", cylindres en V, arbres à cames en tête, traction avant ... En 1930, la firme proposait seulement des 8 cylindres difficiles à vendre, et les modèles économiques suivants ne connurent qu'un succès d'estime. La marque disparut en 1945, la ville de Stettin étant devenue polonaise.

D'humbles artisans, les cinq frères Studebaker étaient devenus à la fin du 19e siècles les premiers fabricants de véhicules hippomobiles, notamment les célèbres "Conestoga" (les chariots des pionniers). Ils ne passèrent que prudemment à l'automobile, avec des engins électriques d'abord. Avec le rachat en 1911 de la firme E.M.F., la production augmenta rapidement. Les Studebaker furent appréciées pour leurs performances, puis remarquées par leur audace esthétique, signée Raymond Loewy. Mais face aux "Grands", la maison n'était pas de taille et dut fermer sa dernière usine en 1966.

Site internet

Harry C. Stutz engagea une voiture de sa conception pour la première course d'Indianapolis, qu'elle termina à la 11e place. Mis en production aussitôt ce modèle allait devenir l'archétype des sportives américaines : la Bearcat, disponible avec 4 ou 6 cylindres. Au fil des ans, ces grosses Stutz se "civiliseront" quelque peu, avant de disparaître au profit d'une lignée de luxueuses 8 cylindres à arbre à cames en tête. La Bearcat reviendra en 1931 sur le châssis DV 32 à 4 soupapes par cylindre, mais il sera trop tard pour la firme, que la gamme "économique" baptisée Blackhawk n'avait pas réussi à sauver de la crise. Le nom Stutz sera "exhumé" dans les années 70 pour une extravagante voiture de luxe américaine à mécanique Pontiac.

Constructeur automobile japonais, né en 1956, faisant partie du groupe Fuji Heavy Industries et connu pour son modèle emblématique, la Subaru Impreza.

 

 

Site internet

Dès le début du siècle, les Sunbeam étaient réputées pour leur qualité de construction : ces grosses 4 voire 6 cylindres n'avaient pas de prétention sportive, en dépit de l'impressionnant palmarès de la marque en Grand Prix. Les modèles des années 20-30 furent plus brillants, mais ne purent éviter la faillite de la firme en 1935. La reprise par le groupe Rootes en 1938 donna naissance à des Hillman plus luxueuses ou sportives, appelées Sunbeam-Talbot jusqu'en 1954. Le nom Sunbeam devait être étendu à tous les modèles Rootes pour l'exportation au cours des années 60, avant de devenir un simple modèle de Chrysler, puis de Talbot.

Site internet

Swallow Coachbuilding Company Ltd. est la raison sociale de l'entreprise dirigée par William Lyons, qui la quitta pour fonder SS Cars Ltd. en 1935 elle se consacra ensuite à la production de side-cars puis, devenue une filiale de Tube Investments Ltd., aux équipements aéronautiques avant de construire une petite série de cabriolets d'allure très italienne sur mécanique Triumph TR 2, dont le nom Doretti a été inspiré par la fille de l'importateur américain, prénommée Dorothy.

Les premières Talbot françaises sont issues de la reprise de la vieille firme Darracq par une société britannique, qui céda ses parts en 1935 au nouveau directeur Anthony Lago. Sous l'impulsion de ce dernier, des modèles "double arbre" (dans le carter et non en tête) vont être créés, donnant à Talbot une aura sportive et luxueuse à la fois. Après 1945, sa gamme comprendra les plus puissantes voitures françaises (et aussi les plus chères) mais elles n'éviteront pas le déclin de la firme.Tombée dans le giron de Peugeot après la reprise de Chrysler-Simca, la marque fut ressuscitée pour le millésime 1980 mais oubliée avant même la fin de la décennie...

Peu de marques ont une histoire aussi mouvementée que Talbot dont l'origine remonte à l'accord signé entre Lord Talbot et le constructeur français A. Clément (Bayard) pour la fabrication outre-Manche des voitures de ce dernier. En 1919, la firme Clément-Talbot Ltd. fut reprise par un consortium anglais qui possédait déjà l'affaire Darracq en France. Techniquement indépendante de sa "cousine" parisienne, la marque anglaise acquit une bonne réputation grâce au moteur 6 cylindres à grand rendement dû au Suisse Georges Roesch mais, après le rachat par Rootes en 1935, les Talbot seront mécaniquement semblables aux Hillman, avant d'être rebaptisées Sunbeam-Talbot en 1938.

Tata Motors Limited,  anciennement connu sous le nom de TELCO, est la plus importante compagnie indienne de fabrication de véhicules personnels et commerciaux.

 

Site internet

Constructeur tchèque réputé pour ses conceptions originales dues au talent du brillant Hans Ledwinka, et qui a produit aussi bien d'économiques voiturettes que de très luxueuses 12 cylindres ou des camions à moteur refroidi par air. Les modèles aérodynamiques à moteur arrière sont les mieux connus, bien que leur diffusion à l'étranger ait été très faible : leurs ultimes descendantes étaient encore en production au milieu des années quatre-vingt-dix.

Constructeur automobile de voitures électriques dont le siège social se situe à Palo Alto, dans la Silicon Valley, aux États-Unis. Fondée en 2003 par Martin Eberhard, Marc Tarpenning, Ian Wright, Elon Musk et JB Straubel.
En 2008 débute la production du premier véhicule de série, le Roadster Telsa, voiture sportive entièrement électrique.

Site internet

L'un des plus importants constructeurs mondiaux a débuté dans les années trente, mais ne s'est fait connaître aux États-Unis qu'à la fin des années cinquante et en Europe quelques années plus tard. Dès 1965, un programme ambitieux a conduit à la production d'intéressants modèles sportifs, certains à double arbre à cames en tête comme la prometteuse 2000 GT qui ne connaîtra qu'une diffusion limitée.

Site internet

Symbole de la motorisation des masses au-delà du rideau de fer, la petite voiture est-allemande à moteur deux-temps et carrosserie composite est devenue après 1989 un objet de culte à l'ouest...

Constructeur automobile britannique fondé en 1967. Le premier véhicule, le Clipper convertible basé sur un modèle de TVR dont la carrosserie fut conçu par Trévor Fiore. 

Fondée par des Allemands au début du 20ème siècle, la firme motocycliste Triumph se lança dans l'automobile en 1923. Jusqu'en 1939, ses productions - petites et moyennes cylindrées - ne furent pas toutes sportives, mais souvent finies avec recherche. Déclarée en faillite à la veille de la guerre, la société fut reprise par Standard en 1945. A côté de modèles très conventionnels ce sont les cabriolets des séries TR et Spitfire qui assurèrent le renom de la marque. Incorporée au groupe British Leyland, elle vit cependant sa gamme détruite pour ne plus proposer en 1982 qu'une Honda anglicisée.

Conçue par Leslie Hounsfield et construite (du moins jusqu'en 1928) par Leyland, la Trojan se voulait avant tout économique et robuste : en dépit de sa technique originale (moteur deux-temps horizontal placé sous le plancher), elle se vendit très bien grâce à son prix très bas. Même les pneus étaient en option, les bandages pleins étant fournis de série jusqu'en 1929 ! Trojan devait cependant abandonner la production de modèles de tourisme en 1934, le moteur deux-temps étant toujours utilisé sur des camionnettes, mais on revit cette marque en 1962 sur la version anglaise du "bubble-car" Heinkel 200. 

Constructeur d'automobiles américain, Preston Tucker lança en 1944 une audacieuse campagne de financement pour construire une berline très innovante, la Tucker '48. Il réussit à louer l'usine de moteurs d'avions Dodge-Chicago, fermée depuis la fin de la guerre, mais il n'y produisit qu'une cinquantaine d'exemplaires.

Site internet

Un des rares constructeurs établis à Marseille, cette firme fut fondée en 1899 par Léon Turcat et Simon Méry. Leurs premières productions furent de puissantes et rapides 4 cylindres qui se firent connaître par de nombreuses participations sportives. Au palmarès de la marque figure la victoire au premier Rallye de Monte-Carlo, en 1911. Un accord fut signé avec De Dietrich pour la production de modèles communs à partir de 1908. Après 1918, la gamme se banalisera, à l'exception d'une 2,5 l à arbre à cames en tête. Les dernières Turcat-Méry utilisèrent des moteurs "du commerce" (SCAP ou CIME).

Site internet

Fabricant britannique de voitures de sport créé par Jack Turner dans les années 1950, qui a fermé en 1966.



Site internet

TVR

M. Wilkinson prit  trois lettres de son prénom TreVoR pour baptiser ses "specials" à structure tubulaire qui étaient vendus en kit. (Sur le marché américain, l'importateur les vendait complètes sous le nom de Jomar). Les carrosseries plastique venaient de la firme Grantura Plastics, qui assurera le montage complet à partir de 1960. L'entreprise allait connaître moult vicissitudes et réorganisations, mais le produit ne cessa de se développer, et ses performances de croître ! Seul le prototype Trident dessiné par Fiore dut être abandonné, pour être repris peu après une autre firme.

Site internet

A l'origine (1908) l'appellation de cette marque vient de la mise en vente d'un "type unique" produit par les Anciens Établissements Georges Richard à Puteaux, qui se multipliera rapidement, avec une vocation précoce pour les véhicules commerciaux (grâce notamment à d'importantes commandes de taxis.... londoniens). A côté des utilitaires, la firme continuera à produire des voitures de classe "moyenne supérieure" jusqu'en 1939.

La carrosserie Van den Plas, fondée en 1898 à Bruxelles, acquit très rapidement une excellente réputation, notamment sur le marché britannique. Son agent local créa en 1913 la "Vanden Plas England Ltd", qui habillera dans les années trente Alvis, Bentley, Bugatti et bien d'autres. En 1946, Austin racheta l'entreprise pour lui confier la réalisation du modèle "Princess". En 1960 Vanden Plas acquit un statut de marque à part entière, mais depuis 1975, ce n'est plus de nouveau qu'une simple "griffe" désignant la version de prestige des Austin ou Daimler.

Site internet

Fondée en 1857, les "Vauxhall Iron Works" s'occupèrent de moteurs marins avant de passer à l'automobile à la fin de 1903, avec de petits modèles à un ou trois cylindres, qui furent suivis d'une série de "4 cylindres" beaucoup plus substantielles. Conçues par l'ingénieur Lawrence Pomeroy, les grosses Vauxhall des années 10 et 20 étaient particulièrement performantes mais le rachat de la firme en 1925 par General Motors allait précipiter leur déclin. Vauxhall se tournera par la suite vers les voitures moyennes à grande diffusion , concurrentes puis homologues des Opel.

Site internet

Velam prit en 1955 la licence de construction de la voiturette italienne Isetta à bloc moteur arrière (2 cylindres 2 temps, 236 cm3) et porte frontale, surnommée ironiquement 'oeuf de Pâques". Après un certain succès à l'époque des rationnements d'essence (crise de Suez), le déclin fut rapide malgré la présentation d'un version Ecrin avec grande vitres et radio.

Issue du projet Ventury présenté par Gérard Godfroy au Salon de Paris 1984, la dernière GT française en date a connu bien des avatars avec plusieurs usines et plusieurs repreneurs. L'avenir de la marque (qui s'est appelée MVS jusqu'en 1990) est encore incertain, bien qu'un tout nouveau modèle baptisé Fetish ait été présenté au Salon de Genève 2002.

Site internet

Installée à Villefranche-sur-Saône, cette firme connue dans le domaine agricole et surtout viticole, monta quelques voitures (à 4 cylindres séparés  ou bi-bloc) pratiquement réalisées à l'unité jusqu'en 1912. Elle développa ensuite une série de voiture moyennes "monobloc". Peu originales dans leur conception technique, les fabrications Vermorel jouissaient d'une bonne réputation de robustesse, particulièrement en usage rural. Comme tant d'autres, la maison n'était pas de taille à lutter contre les grands constructeurs, ni à passer le cap de la crise de 1929-1930.

La micro-voiture urbaine n'était pas encore à la mode lorsque Acma, qui montait enFrance le célèbre scooter Vespa depuis 1951, sortit en 1957 une vraie voiture en réduction, de conception entièrement française, à moteur 2 cylindres 2 temps, vendue en plus de 25.000 exemplaires jusqu'en 1961.

Une des plus originales constructions françaises, grâce à l'esprit anticonformiste de son créateur, pionnier de l'aviation et chantre du "sans-soupapes". Coqueluche des années 20 avec ses caisses à angles vifs et ses garnitures résolument "Art-Déco", la Voisin ne s'adressera plus au cours des années 30 qu'à quelques adeptes, avant de sombrer dans l'anonymat avec un moteur américain.

Site internet

Volkswagen se traduit littéralement par "voiture du peuple" selon la volonté d'Adolf Hitler, tout citoyen devait pouvoir l'acquérir grâce à un crédit-épargne. L'étude fut confiée à Ferdinand Porsche, le prototype final étant prêt en 1938. Une usine géante fut édifiée, mais seules des versions militarisées en sortirent jusqu'en 1945. La production civile démarra peu après la débâcle, sous le contrôle de l'armée britannique. Le millionième "Coccinelle" vit le jour en 1955. Après avoir battu tous les records de production cumulée, elle acheva sa carrière allemande en 1979, pour la poursuivre en Amérique du Sud.

Site internet

La marque Volvo (du latin "je roule") fut déposée dès 1915 par le fabricant de roulements  S.K.F., mais n'apparut qu'en 1927 sur une automobile, conçue d'après un projet d'Assar Gabrielson et Gustaf Larson. Il s'agissait d'une voiture moyenne (4 cylindres 2 litres puis 6 cylindres 3 litres) inspirée par les modèles américains qu'elle entendait concurrencer sur le marché suédois. Peu connue à l'exportation jusqu'en 1945, la firme acquit une dimension internationale grâce à la 444 lancée en 1947, puis à l'Amazon (série 120) apparue en 1956, réputées pour leur fiabilité et leurs performances.

Site internet

Winklhofer & Jaenicke, fabricants de bicyclettes à Chemnitz (Saxe) avaient comme marque "Wanderer" c'est-à-dire "promeneur", nom qu'ils conservèrent pour leurs motos sorties en 1902, et à partir de 1907, leur voiturettes. Robustes et bien construites, celles-ci connurent un grand succès jusque dans les années vingt. A la fin de la décennie, le programme comprenait des 4 cylindres et une "six" à l'allure très classique, mais à soupapes en têtes. Intégrée au groupe Auto Union en 1932 avec D.K.W., Audi et Horch, la marque Wanderer constituait la gamme moyenne de ce constructeur. La production ne fut cependant pas reprise après 1945, ni en zone orientale, ni à l'Ouest.

Prenant la succession de l'IFA en 1956, la Wartburg était la voiture "familiale" est-allemande, dont il exista cependant quelques dérivés sportifs. Complètement redessinée en 1966, elle resta fidèle au moteur deux-temps jusqu'à la chute du "mur"... les tous derniers exemplaires, au début des années 90 auront des moteurs Volkswagen Polo.

Wiesmann est un constructeur automobile allemand. L'entreprise a été fondée en 1985 par les frères Martin et Friedhelm Wiesmann. Les voitures sont assemblées à la main à Dülmen en Allemagne.

Site internet

Plus commerçant que technicien, John North Willys racheta en 1907 la firme Overland (voir à ce nom), rêvant de concurrencer Ford. Il ne garda que très peu de temps  la 2e place du marché, et se tourna vers la voiture "sans soupapes" grâce à la licence Knight acquise en 1913. Assez diffusées à l'étranger, les Overland furent cependant remplacées en 1926 par les Whippet, supprimées en 1931. Willys abandonna ses grosses voitures peu après, au profit d'un modèle très bon marché, dont le moteur servira à la Jeep conçue par Bantam. 1953 verra la fusion avec Kaiser, le nom Willys disparaissant dix ans plus tard.

Site internet

La marque Wolseley apparut d'abord sur des tondeuses à moutons, puis sur un tricycle construit par Herbert Austin, alors directeur technique de la firme. De 1901 à 1911, les voitures furent diffusées sous le nom de Siddeley, mais en 1914 Wolseley était devenue la première marque britannique. Après la guerre, de trop nombreux modèles mirent en difficulté la firme qui fut rachetée en 1927 par William Morris. Conventionnelles mais raffinées, les Wolseley seront les favorites de la police anglaise et se distingueront par leur écusson de calandre lumineux jusqu'à leur disparition en 1975.

Créée à Milan en 1919 par Ugo Zagato, la société est spécialisée dans la conception et réalisation de carrosseries automobiles. La consécration du groupe arrive dans les années 1930 avec les Alfa Roméo ( 6C 1750 de 1932 et 8C 2300). 

 

Site internet

Entreprise franco-suisse fondée en 1905 à Pontarlier (Doubs) par MM. Zurcher et Luthi, connus pour leurs moteurs de motocyclettes. Leur production de voitures légères et moyennes, toutes à 4 cylindres, acquit rapidement par sa qualité une bonne réputation, mais le redémarrage après le Grande guerre allait être plus difficile. En 1919, ses usines sont rachetées par un groupe financier suisse dirigé par Jérôme Donnet, les voitures gardant la marque Zedel (et le sigle ZL sur le radiateur) jusqu'en 1924. Elles deviendront ensuite des Donnet-Zedel (voir à Donnet).

 

Site internet

Constructeur automobile danois fondé en 2004, avec pour principal objtectif, la fabrication d'une supercar entièrement  réalisée  à la main : la Zenvo ST1 sortie en 2009.

 

Site internet

Nous utilisons les cookies pour mesurer l'audience avec Google Analytics. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord. En savoir plusOK